STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

dimanche 10 août 2014

Lexique des organismes de santé

Page en cours de perfectionnement permanent merci de votre compréhension et votre indulgence

Voir aussi le dictionnaire plus général, ainsi que le dictionnaire des sigles et acronymes.

Voir aussi le dictionnaire soins et santé

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z



A


Accident médical. Événement indésirable survenu dans le cadre d'une activité de soins, de prévention ou de diagnostic, que ce soit en établissement de santé ou en cabinet médical. Il peut être fautif et donc engager la responsabilité de l'acteur de santé (médecin, chirurgien, établissement de santé, etc.). Mais il peut aussi être non fautif et n'engager aucune responsabilité, on parle alors d'aléa thérapeutique.

Affection iatrogène. Une affection iatrogène est un accident médical. C'est un dommage qui a pour origine la mise en œuvre d'une action thérapeutique (prescription, chirurgie, l'utilisation d'un dispositif médical ou la mise en place d'une prothèse, etc.

A.F.S.S.A., Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments. Depuis le 1er juillet 2010, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a fusionné avec l’AFSSET dans l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

A.F.S.SA.P.S., Agence Française de Sécurité SAnitaire des Produits de Santé. L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) a été remplacée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) depuis le 1er mai 2012. L’AFSSAPS a été créée par la loi du 1er juillet 1998 instituant un dispositif de veille et de sécurité sanitaire. Elle a pour mission essentielle d’évaluer les bénéfices et les risques liés à l’utilisation des produits de santé. Prenant en compte les besoins thérapeutiques et les impératifs de continuité des soins, elle contribue, par ses diverses formes d’intervention, à ce que les risques inhérents à chaque produit puissent être identifiés, analysés et maîtrisés dans toute la mesure du possible.

A.F.S.S.S.E.T., Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail. Fusionnée avec l’AFSSA dans l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

A.L.D., Affection Longue Durée. Une affection de longue durée exonérante est une maladie qui nécessite un suivi et des soins prolongés (plus de six mois) et des traitements coûteux ouvrant droit à la prise en charge à 100 %.

A.M.D., Assistance Médicale à Domicile. L’Assistance médicale à domicile est une alternative à l’hospitalisation, elle regroupe l’ensemble des services qui permettent aux patients de suivre leur traitement chez eux, dans leur cadre de vie habituel, et de façon sécuritaire. Ceci permet au patient de garder ses repères. Cela présente de nombreux avantages économiques, psychologiques et sanitaires.

A.M.M., Autorisation de Mise sur le Marché. L’autorisation de mise sur le marché ou AMM est l’accord donné à un médicament pour être commercialisé.

A.N.S.E.S., Agence Nationale de Sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail. Depuis le 1er juillet 2010, l’Anses regroupe l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA ) et l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET).
L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle des ministres chargés de la santé, de l’agriculture, de l’environnement, du travail et de la consommation.
L’Anses met en œuvre une expertise scientifique indépendante et pluraliste. Elle contribue principalement à assurer la sécurité sanitaire humaine dans les domaines de l’environnement, du travail et de l’alimentation. Elle contribue également à assurer : - la protection de la santé et du bien-être des animaux ;
- la protection de la santé des végétaux ;
- l’évaluation des propriétés nutritionnelles et fonctionnelles des aliments. Elle exerce enfin des missions relatives aux médicaments vétérinaires.

A.N.S.M., Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé. Remplace l’AFSSAPS à compter du 1er mai 2012. l’ANSM, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, créée par la loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé. L’ANSM a été mise en place le 1er mai 2012 (décret n° 2012-597 du 29 avril 2012). Établissement public placé sous la tutelle du ministère chargé de la Santé, l’ANSM a repris les missions, les obligations et les compétences exercées par l’Afssaps et s’est vue confier de nouvelles responsabilités notamment dans le domaine de la recherche, des études de suivi des patients et du recueil des données d’efficacité et de tolérance et de l’encadrement des recommandations temporaires d’utilisation (RTU).

A.P.S.T.E., Association pour la Protection de la Santé au Travail et de l’Environnement. Ce site de cette association a pour but de réunir toutes les infos nécessaires pour la sécurité au travail, la protection de la santé et celle de l’environnement. Textes officiels, normes, publications, annuaire de sites utiles, forum et news.

A.R.S., Agence Régionale de Santé. L’ARS rassemble au niveau régional les ressources de l’Etat et de l’Assurance maladie, pour renforcer l’efficacité collective et garantir l’avenir du service public de la santé.
L’ARS a regroupé en une seule entité plusieurs organismes chargés des politiques de santé dans les régions et les départements :
- directions régionales et départementales des affaires sanitaires et sociales (DRASS et DDASS) ;
- agences régionales de l’hospitalisation (ARH) ;
- groupements régionaux de santé publique (GRSP) ;
- Unions régionales des caisses d’assurance maladie (URCAM).
- missions régionales de santé (MRS) ;
- volet hospitalier de l’assurance maladie, composé d’une partie du personnel des caisses régionales d’assurance maladie (CRAM), du régime social des indépendants (RSI), de la Mutualité sociale agricole (MSA), des directions régionales du service médical (DRSM).


B



C


C.D.C., Centers for Disease Control and prevention. Principale agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé publique et de sécurité publique (en français, Centres pour le contrôle et la prévention des maladies).

C.E., Conformité Européenne. Le marquage CE n'est ni une marque de certification ni une indication de l'origine géographique du produit. Un produit marqué CE répond à certaines normes techniques et acquiert le droit de libre circulation sur l'ensemble du territoire de l'Union européenne. Le logo CE est obligatoire pour tous les produits couverts par une ou plusieurs directives européennes qui le prévoient explicitement.

C.E.A.M., Carte Européenne d’Assurance Maladie. La carte européenne d’assurance maladie permet à son titulaire d’attester de sa qualité d’assuré et de la durée des droits qui lui sont ouverts dans son pays d’affiliation.

C.E.I.P., Centres d’Évaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance. Les C.E.I.P. recueillent les cas de pharmacodépendance et d’abus liés à la prise de substances psychoactives et notifiés par les professionnels de santé. Ils les évaluent grâce à des outils adaptés. Leurs enquêtes préparent les travaux de la Commission nationale des stupéfiants et des psychotropes siégeant à l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (A.N.S.M.).

C.F.E., Caisse des Français de l’Étranger. La CFE est une structure spécialement créée pour les Français résidant à l’étranger. Elle leur permet d’avoir, quelle que soit leur situation, la même sécurité sociale qu’en France à des tarifs très compétitifs. Les salariés peuvent, en plus, bénéficier d’une couverture accident du travail et cotiser pour leur retraite sécurité sociale. L’adhésion à la CFE se fait individuellement ou par le biais de l’employeur.

ChemiNet. ChemiNet a été créé pour répondre au besoin de renforcer la coopération internationale en matière d’alerte, de vérification, d’enquête et de réaction en cas d’incident chimique. ChemiNet est un réseau de consultants et d’experts situés dans différents pays. ChemiNet vise notamment à :
- fournir un système de mise en garde précoce et un système d’alerte pour pouvoir enquêter rapidement sur des événements d’étiologie chimique ou potentiellement chimique ;
- établir et renforcer la capacité de réaction et les mécanismes de réaction rapide ;
- renforcer les capacités locales de surveillance, d’enquête et de réaction rapide.
Les membres de ChemiNet comptent des centres antipoison, des centres collaborateurs de l’OMS, des départements de l’OMS à Genève, dans différentes régions et pays, des laboratoires d’analyse et des institutions universitaires, ainsi que des consultants et experts.

C.H.S.C.T., Comité d’Hygiène et de Sécurité et des Conditions de Travail. Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail.

C.I.R.C., Centre International de Recherche sur le Cancer. Le CIRC fait partie part de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette organisation internationale est chargé d'évaluer les risques de cancer chez l'homme liés à une exposition à des substances chimiques.
Le CIRC évalue des études scientifiques sur les substances chimiques et publie des compte-rendus sur les risques de cancers dus à ces substances, ainsi que les recherches à mener afin d'évaluer la toxicité de certaines substances.

Conformité Européenne, (C.E.). Le marquage CE n'est ni une marque de certification ni une indication de l'origine géographique du produit. Un produit marqué CE répond à certaines normes techniques et acquiert le droit de libre circulation sur l'ensemble du territoire de l'Union européenne. Le logo CE est obligatoire pour tous les produits couverts par une ou plusieurs directives européennes qui le prévoient explicitement.

Consensus scientifique. Le consensus scientifique représente la position sur laquelle se mettent d'accord, à un moment donné la plupart des scientifiques spécialisés dans un domaine, des désaccords peuvent survenir et être nécessaires pour faire progresser la science. Le consensus peut progresser avec des résultats d'autres recherches et d'opinions contraires. Le consensus scientifique n'est donc pas synonyme de vérité sûre et certaine.

C.R.A., Commission de Recours Amiable. La commission de recours amiable (CRA) a pour objet de régler de façon amiable les différends d’ordre administratif qui opposent un usager à une caisse de sécurité sociale, en application des législations et des réglementations de sécurité sociale et de mutualité sociale agricole.
Par exemple, la CRA peut être saisie par une personne qui conteste une décision de refus d’affiliation, ou de refus de versement d’une prestation, le calcul de cotisations, ou une décision portant sur le degré d’invalidité.
Le recours devant cette commission est un préalable obligatoire à toute procédure contentieuse devant le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS).

C.R.A.T., Centre de Référence sur les Agents Tératogènes. Le C.R.A.T. est un service d’information sur les risques des médicaments, vaccins, radiations et dépendances, au cours de la grossesse et de l’allaitement, destiné aux professionnels de santé.
Le financement du C.R.A.T. est exclusivement public et indépendant de l’industrie pharmaceutique.

C.R.C.I., Commissions Régionales de Conciliation et d'Indemnisation des accidents médicaux . Établissement public administratif de l’État (EPA), placé sous tutelle du ministère chargé de la santé chargé d'indemniser les victimes de certains problèmes d'ordre médical. Il fonctionne en partenariat avec l'office national d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (ONIAM), la commission nationale des accidents médicaux (CNAMed), les associations d'usagers du système de santé, les acteurs du système de santé, les experts indépendants, les assureurs et avocats.

C.R.P.V., Centre Régional de PharmacoVigilance. Le réseau est constitué de 31 centres répartis de façon à favoriser les échanges de proximité avec les professionnels de santé. Ils sont notamment chargés de :
- recueillir les déclarations d’effets indésirables des professionnels de santé et des patients ;
- renseigner les professionnels de santé sur leur territoire d’intervention.

C.S.R.S.E., Comité Scientifique des Risques Sanitaires et Environnementaux (de la Commission européenne). Le Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux constitue l'un des trois comités scientifiques indépendants non-spécialistes des questions alimentaires chargés de conseiller la Commission européenne sur des questions de sécurité des consommateurs, de santé publique et d'environnement. Le comité a été établi en 2004 par la Commission européenne pour fournir à celle-ci un avis scientifique sur les risques sanitaires et environnementaux. Il est venu remplacer le Comité scientifique sur la toxicité, l'écotoxicité et l'environnement (CSTEE). Le CSRSE examine des questions relatives à l’examen de la toxicité et de l’écotoxicité de composés chimiques, biochimiques et biologiques dont l’utilisation pourrait nuire à la santé de l’homme et à l’environnement.

C.S.R.S.E.N., Comité Scientifique des Risques Sanitaires Émergents et Nouveaux (de la Commission européenne). Le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux a été établi en 2004 par la Commission européenne pour fournir à celle-ci un avis scientifique clair la sécurité dans une série de domaines nécessitant une évaluation complète des risques, comme les nouvelles technologies, les appareils médicaux, etc. afin de prendre les mesures adéquates et nécessaires pour garantir la sécurité des consommateurs ou la santé publique.

C.S.T.E.E., Comité Scientifique sur la Toxicité, l'Écotoxicité et l'Environnement (de la Commission européenne). Voir C.S.R.S.E., Comité Scientifique des Risques Sanitaires et Environnementaux.


D


D.D.A.S.S., Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales Remplacé par les A.R.S., à voir ci-dessus.


E



F



G


G.O.A.R.N., Global Outbreak Alert and Response Network. En français, Réseau mondial d'alerte et d'action en cas d'épidémie, c'est un dispositif de l'OMS, technique de collaboration entre des institutions et des réseaux qui mettent leurs ressources humaines et techniques en commun pour identifier et confirmer rapidement les épidémies de portée internationale, et y répondre dans les meilleurs délais. Ce réseau constitue un cadre opérationnel réunissant les compétences et le savoir-faire grâce auxquels la communauté internationale peut, à tout moment, être avertie d’une menace d’épidémie et être prête à y répondre.


H



I


Infection nosocomiale. Toute maladie infectieuse contractée dans un établissement de santé et affectant soit le malade du fait de son admission ou des soins qu’il a reçus, soit le personnel hospitalier du fait de son activité.

I.N.P.E.S., Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé. L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) est un établissement public administratif créé par la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé.
L’Institut est un acteur de santé publique plus particulièrement chargé de mettre en œuvre les politiques de prévention et d’éducation pour la santé dans le cadre plus général des orientations de la politique de santé publique fixées par le gouvernement.
La loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique a élargi ses missions initiales à la participation à la gestion des situations urgentes ou exceptionnelles ayant des conséquences sanitaires collectives et à la formation à l’éducation pour la santé.

I.N.R.S., Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Du risque toxique au bien-être physique et psychologique, l’INRS conduit des programmes d’études et recherches pour améliorer la santé et la sécurité de l’homme au travail. Le bilan de ses actions concrètes lui permet également de déterminer les besoins futurs en prévention.

I.N.V.S., INstitut de Veille Sanitaire. Établissement public, placé sous la tutelle du ministère chargé de la Santé, l’Institut de veille sanitaire (INVS) réunit les missions de surveillance, de vigilance et d’alerte dans tous les domaines de la santé publique.
Les missions confiées à l’INVS recouvrent :
- la surveillance et l’observation permanentes de l’état de santé de la population ;
- la veille et la vigilance sanitaires ;
- l’alerte sanitaire ;
- une contribution à la gestion des situations de crise sanitaire.
L’INVS participe, dans le cadre de ses missions, à l’action européenne et internationale de la France, notamment à des réseaux internationaux de santé publique dédiés à la surveillance et à l‘alerte sanitaires.


J



K



L



M



N


Nosocomial. Relatif à un hôpital, voir infection nosocomiale.

Notice (de médicament). La notice est un document de référence principalement destiné aux patients qui comprend des informations utiles pour la bonne utilisation du médicament (indications, contre-indications, effets indésirables, posologie, mode d’administration). Elle est validée par les autorités lors de l’octroi de l’autorisation de mise sur le marché (A.M.M.) ou de l’enregistrement des médicaments à base de plantes.


O


O.M.S., Organisation Mondiale de la Santé. L’O.M.S. est une branche des Nations Unies qui dirige et coordonne, dans le domaine de la santé, des travaux ayant un caractère international.
Elle dirige l’action sanitaire mondiale, définit les programmes de recherche en santé, fixe des normes et des critères, présente des options politiques fondées sur des données probantes, fournit un soutien technique aux pays et suit et apprécie les tendances en matière de santé publique.
Au siècle de la mondialisation, la santé est une responsabilité de tous qui suppose un accès équitable aux soins essentiels et la défense collective contre des menaces internationales.

O.N.I.A.M., Office National d'Indemnisation des Accidents Médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales. Établissement public administratif de l’État (EPA), placé sous tutelle du ministère chargé de la santé chargé d'indemniser les victimes de problèmes d'ordre médical. Il fonctionne en partenariat avec les commissions régionales de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux (CRCI), la commission nationale des accidents médicaux (CNAMed), l'observatoire des risques médicaux (ORM), les associations d'usagers du système de santé, les acteurs du système de santé, les experts indépendants, les assureurs et avocats.

O.N.U.S.I.D.A., Programme Commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA. ONUSIDA, le Programme Commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA, a été créé en 1996 pour mettre en commun les efforts de lutte contre le SIDA et les ressources de dix agences des Nations Unies qui devinrent alors les co-parrains de ONUSIDA. Les co-parrains comprennet le PNUD, l'UNICEF, l'UNFPA, l'OMS, l'UNESCO, l'OIT, l'UNHCR, le PAM, l'ONUDC et la Banque Mondiale.

O.R.M., Observatoire des Risques Médicaux. Il a pour mission de rassembler les données d'indemnisation des victimes d'accidents médicaux, auprès des organismes payeurs que sont les compagnies d'assurance, l'Assistance publique des hôpitaux de Paris, l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM).

O.R.SE.C., Dispositif O.R.SE.C., Organisation de la Réponse de SÉcurité Civile. Remplace le plan O.R.S.E.C., dispositif qui gère l'organisation des secours et recense les moyens publics et privés disponibles. Une fois activé, suivant la nature ou l'importance de la crise le Préfet prend la Direction des Opérations de Secours (D.O.S.).


P


P.G.R., Plan de Gestion des Risques (pour les médicaments). Le plan de gestion des risques vise, dans une démarche proactive, à mieux caractériser, quantifier, prévenir ou minimiser les risques d’un médicament, à obtenir des informations manquantes lors de la mise sur le marché et à surveiller le bon usage dans les conditions réelles d’utilisation.

P.P.I., Plan Particulier d’Intervention. Plan ayant pour objectif la protection de la population menacée par un site nucléaire. Il concerne l'alerte, le déclenchement des secours. Mis en place par le préfet et il est disponible dans toutes les mairies des communes concernées. Les militaires français ne doivent pas le confondre avec les Parties Prenantes Individuelles et encore moins avec les Parties Pendantes Individuelles.


Q


Quarantaine. La quarantaine est une mesure d'isolement, de personnes, d'animaux ou même de végétaux qui a pour but d'empêcher la transmission de maladies contagieuses supposées ou constatées.


R


Risques majeurs. Risques liés à des événements dont les effets occasionnent des dommages d'une exceptionnelle gravité dépassant les capacités de réaction ordinaires des pouvoirs publics (avalanche, inondation, fuite radioactive, éruption volcanique, etc.).


S


S.A.M.U., Service d'Aide Médicale Urgente. Le SAMU désigne le centre de régulation médicale des urgences d'un département qui répond à la demande d'aide médicale urgente via un central téléphonique (N° 15 ou 112). Le médecin régulateur du central téléphonique répartit les moyens de secours en fonction de la situation (ambulance, pompiers, etc).

S.M.U.R., Service Mobile d'Urgence et de Réanimation. Le SMUR désigne un des services d'un hôpital constitué d'ambulances (voir UMH) équipées de matériels destinés à effectuer des diagnostics, des soins intensifs ou des réanimations, du point de relevage du patient à l'hôpital, ou lors d'un transport entre deux hôpitaux.


T


T.A.S.S., Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale. Juridiction compétente pour les différends relevant du contentieux général de la sécurité sociale, présidée par un magistrat, et comprenant un assesseur représentant les travailleurs salariés et un assesseur représentant les employeurs et travailleurs indépendants. Les deux assesseurs appartiennent au régime agricole lorsque l’affaire concerne un assuré de ce régime.

T.C.I., Tribunal du Contentieux de l’Incapacité. Le Tribunal du contentieux de l’incapacité (TCI) juge, pour les adultes, les décisions relatives à :
- l’état ou aux taux d’invalidité ou d’incapacité de travail liée aux accidents de travail et aux maladies professionnelles ;
- la désignation des établissements de rééducation, de reclassement, d’accueil des adultes handicapés ou de placement en atelier protégé ou en centre d’aide par le travail.
Il juge, pour les enfants, les décisions relatives à :
- l’attribution de l’allocation d’éducation spéciale et de la carte d’invalidité en fonction de l’appréciation du taux d’invalidité ;
- l’orientation des mineurs handicapés vers les établissements de l’éducation spéciale.
Il juge certaines décisions des CRAM relatives à l’état ou au degré d’invalidité ou d’incapacité, et à l’appréciation de l’état d’inaptitude à l’égard des avantages de vieillesse.
Il juge les décisions prises par les commissions de recours amiable (CRA).


U


U.M.H., Unité Mobile Hospitalière. Appelé aussi U.M.S.I., Unité Mobile de Soins Intensifs ou U.T.I.M., Unité de Thérapie Intensive Mobile. Une UMH est dotée d'une ambulance équipée du matériel de diagnostic, de traitement médical intensif, ou de réanimation. À son bord, on trouve généralement un médecin urgentiste, un infirmier ou un infirmier anesthésiste et d'un ambulancier diplômé.
L'UMH est destinée au déplacement du point de relevage du patient à l'hôpital, ou lors d'un transport entre deux hôpitaux, voire à faire le compte rendu (Bilan Initial) au Samu lors d'un événement avec plusieurs victimes qui nécessite des renforts.

U.M.S.I., Unité Mobile de Soins Intensifs. (voir U.M.H.).

U.T.I.M., Unité de Thérapie Intensive Mobile. (voir U.M.H.).


V



W


W.H.O., World Health Organisation. Nom anglais de l'O.M.S., Organisation Mondiale de la Santé. Voir O.M.S.


X



Y



Z



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires sans intérêt, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.