STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

vendredi 4 juillet 2014

Tique et lyme

La tique n'est pas un insecte, mais un gros acarien entre 3 mm et 2 cm, appartenant à la classe des arachnides (comme les araignées). La tique a besoin de se nourrir de sang à plusieurs stades de son développement et pour se reproduire. On la trouve dans la nature toute l'année sauf quand la température passe en dessous de 0°C où elle se réfugie dans le sol. Elle attend souvent son hôte, en embuscade au bout des hautes herbes.

Pour boire le sang de leur hôte, elle introduit un rostre dans la peau, c'est une sorte de tube pourvue de crochets. Elle préfère les zones de la peau riches en vaisseaux sanguins et où la peau est fine (par exemple l'aine, le creux des genoux, le cou, etc). Chez les enfants, elle se fixe plus fréquemment sur la tête.

En même temps qu'elle aspire le sang , elle sécrète par ses glandes salivaires de nombreuses substances qui facilitent le repas sanguin, accroissent son ancrage par la sécrétion d'une sorte de colle biologique appelé cément, affaiblissent localement l'immunité de l'hôte, empêchent le sang de coaguler et rendent la piqûre indolore. Pour certaines espèces, ces substances sont toxiques et peuvent provoquer des paralysies, qui peuvent conduire à la mort de l’homme ou de l’animal. De plus, la tique a pu être contaminée par des virus, bactéries, toxines, protozoaires, ou nématodes soit lors d’un précédent repas sur un animal infecté, soit dès sa conception par sa mère. Des infections multiples sont fréquentes et peuvent perturber le diagnostic et par conséquent le traitement.

Parmi toutes les infections, une des plus terribles est la maladie de Lyme, d'autant plus qu'elle est mal connue des médecins, et pour cause, si elle n'est pas détectée peu de temps après l'infection par la tique, elle peut évoluer pendant plusieurs dizaines d'années de diverses façons. Cette maladie a d'innombrables symptômes, et s'attaque à la plupart des organes ou systèmes d'organes de manière grave et parfois de façon chronique, le tout se croisant anarchiquement ce qui rend le diagnostique extrêmement difficile. Même les tests en laboratoire, ne sont pas de nos jours, sûr à 100 %.

Le seul signe clinique qui permet d'établir le diagnostic certain, c'est l'apparition d'un érythème migrant simple ou double quelques jours après la morsure qu'une tique. Par la suite, une centaine de symptômes différents peuvent apparaître alternativement ou simultanément.

Lors de vos activités de plein-air ou sur des lieux de concentration animale (sauvage ou pas), privilégiez les habits couvrants et fermés, si possible clairs pour mieux voir une tique dessus. Aux pieds, mettez des chaussures montantes et fermées comme des bottes.
Vous pouvez pulvériser sur la peau et les vêtements un répulsif à tiques
Au retour, inspectez vos vêtements et matériels (une tique peut s'y cacher très longtemps, ainsi que l'ensemble de votre corps, particulièrement les aisselles, l'aine, les plis des coudes et des genoux, le cou, le dos et la tête.
Vous inspecterez aussi vos animaux domestiques au retour, même s'ils ont un collier anti tique ou un traitement répulsif dermatologique.

Si une tique est détectée sur une personne, celle-ci doit être présentée au plus vite à un médecin (si possible qui connaisse bien cette maladie), pour une prescription préventive, si une rougeur ronde (éventuellement avec une aura également rouge) apparaît (érythème migrant), retournez voir le médecin pour confirmer la maladie et commencer un traitement.

Si la tique est retirée 36 heures maximum après la morsure, les risques de contaminations sont théoriquement faibles, car les bactéries sont encore dans le tube digestif de la tique pendant 2 ou 3 jours. Puis elles migreront vers les glandes salivaires pour infecter l'hôte.
Il est donc important que la tique soit retirée au plus vite d’où une inspection minutieuse au retour de la nature. Lors du retrait on fera attention à ce que la tique ne régurgite pas une partie du sang dans la peau (les bactéries de la maladie de Lyme sont encore dans le tube digestif).
Il ne faut ni l'écraser, ni utiliser des produits chimiques, dans ces deux méthodes la tique peut régurgiter. La tique doit être considérée comme potentiellement infectée, pour tout retrait mettez des gants en latex ou similaires.
La meilleure méthode, c'est l'utilisation de tire tique vendus en pharmacie ou vétérinaires. Il faut saisir la tique au plus près de la peau à l'aide du tire tique puis tourner lentement sans tirer jusqu'à ce que la tique se décroche toute seule.

Si l'on ne dispose pas de tire tique, on peut utiliser une pince à épiler en la saisissant au plus près des pièces buccales puis en tirant dans l'axe du rostre.
Autre méthode, on nouera un fil de couture solide (en lin par exemple) au plus près de la peau autour du rostre, puis on tirera dans l'axe du rostre.
Si l'on n'a rien, on peut retirer la tique en glissant un ongle entre la tête de la tique et la peau de l’hôte, puis racler d'un coup sec vers l'arrière de la tique. Celle-ci reste alors sous l'ongle. Il faut éviter de gratter la tique avant ce geste afin de la surprendre. Surtout ne pincer pas la tique entre deux ongles ou deux doigts.
Certains préconisent, après le retrait de la tique, l'usage d'un aspi-venin, pour tenter de retirer un peu de sang qui pourrait être contaminé.
Vérifiez que le rostre soit entièrement retiré, puis désinfectez la plaie.

Par la suite, la plaie sera surveillée pendant trois ou quatre semaines afin de détecter une rougeur ronde avec éventuellement une auréole également rouge (érythème migrant), qui dénoncera la maladie de Lyme.


À bientôt, et portez-vous bien !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires sans intérêt, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.