STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

vendredi 6 juin 2014

Gaz et sécurité

Les responsabilités

Suivant votre statut de propriétaire ou locataire, vos responsabilités pénales et civiles peuvent être engagées en cas de mauvais état des parties dont vous êtes responsables. Mais en plus, votre responsabilité morale (la petite voix au fond de sa conscience), peut vous reprocher jusqu'à la fin de votre vie un accident arrivé parce que "ça ne nous regarde pas ou ne nous concerne pas".
En cas de doute sur la sécurité de votre installation appelez le 09 69 32 9000 numéro non surtaxé.
En cas d'odeur de gaz chez vous, consultez la page, Ça sent le gaz.

A) Les responsabilités du locataire

Le locataire est responsable de l’entretien des appareils mis à disposition et de l’entretien de leur raccordement à la tuyauterie après le compteur jusqu'aux appareils fixes. Il est responsable des appareils mobiles, tuyauterie, et système de raccordement qu'il connecte à l'installation fixe. Il est responsable de toute installation ou système autonome non raccordé à l’installation fixe (camping-gaz, gazinière à bouteille, etc). Il est aussi responsable de l'entretien, du bon état de fonctionnement et de la non obturation du système de ventilation et d’évacuation des gaz brûlés. Notez que le locataire est responsable de tous travaux qu'il exécute, mais aussi de tous les travaux qu'il fait réaliser.

B) Les responsabilités du propriétaire bailleur

Il est responsable de la réalisation de l'entretien par un professionnel (demande du contrat ou certificat d'entretien), ainsi que du maintien en bon état général de l'installation après le compteur et des appareils fixes, que le logement soit loué ou pas.

C) Les responsabilités du propriétaire résident

Il est responsable du bon état de fonctionnement de toute l’installation après le compteur, des appareils fixes, de toute installation ou système autonome non raccordé à l’installation fixe (camping-gaz, gazinière à bouteille, etc), et de tout le système de ventilation et d’évacuation des gaz brûlés.

D) La responsabilité morale et autre conseils

Si en sortant de chez vous, vous sentez une odeur de gaz (donc hors de chez vous). Ne passez pas votre chemin sans rien faire en pensant que cela ne vous concerne pas. Sortez de la zone malodorante et appelez les pompiers (18) ou l'Urgence Sécurité gaz (0 800 47 33 33).
Vous pouvez installer chez vous des alarmes incendies ou autres, sous plusieurs formes, détecteur de fumée, détecteur de chaleur, détecteur de gaz naturel, détecteur de monoxyde de carbone.
Mettre à portée de main, extincteur, couverture antifeu, etc.


La prévention

A) Le robinet d’arrivée de gaz

Avant toutes choses, le robinet d’arrivée de gaz doit toujours être visible et accessible. Ce robinet doit être fermé en dehors de toutes utilisations du gaz, les enfants notamment pourraient toucher aux boutons de la gazinière par jeux, erreur ou accident.
Il doit être facilement accessible et proche de vos appareils de cuisson.
À chaque démontage pensez à changer les joints.
Vérifiez la fermeture du robinet d’arrivée de gaz naturel avant toute manipulation ou travaux sur votre réseau.

À l'ancienne, le tuyau fixe et rigide directement introduit dans le tuyau flexible, le tout fixé par un collier de serrage à vis (quand il y est !), sans robinet de fermeture d'arrivée de gaz, ce système est à supprimer sans délai car il est totalement interdit.

Robinet d'ancienne génération ayant un embout final sans pas de vis, la fixation au tuyau flexible est identique au précédent. Ce type de robinet de fermeture d'arrivée de gaz n'est pas ou plus aux normes actuelles, ce système est aussi à supprimer sans délai.

Robinet normalisé classique avec un embout à pas de vis ou de type ROAI (robinet à obturation automatique intégrée). Seul ces deux types de robinet sont autorisés. Le robinet à obturation automatique intégrée est obligatoire depuis 1997 pour les nouvelles installations ou rénovés.

Si vous voulez contrôler votre robinet, n'approchez pas une flamme comme je l'ai vu faire par un inconscient sur internet, mais vous pouvez le badigeonner d'eau savonneuse, si vous voyez se former des bulles, coupez l'arrivée du gaz, et faites venir un réparateur (professionnel).

B) Le tuyau de raccordement

Le tuyau de raccordement est un tuyau mobile entre le robinet d’arrivée de gaz et votre gazinière. Il peut être souple ou rigide.
Comme le robinet, il doit toujours être visible et accessible sur toute sa longueur.
Préférez un tuyau à durée de vie illimitée ce qui élimine tout risque de retard de remplacement. Si vous utilisez un tuyau à durée limitée, notez la date de remplacement de façon visible (un petit papier scotché près des boutons de la gazinière par exemple). Ne jamais utiliser un tuyau non prévu pour le gaz comme un tuyau d'arrosage ou autre.
À chaque démontage pensez à changer les joints.

Vous pouvez utilisez un tuyau flexible en caoutchouc (spécial gaz) s'il est relié au réseau et à la gazinière par embout annelé dite à tétine, avec bien sûr un robinet de fermeture de gaz au norme. Par contre, il est strictement interdit de le fixé directement sur un tuyau rigide lisse, ni même fixé directement sur un pas de vis. Attention un tuyau flexible peut perdre son étanchéité prématurément s’il est tordu voire plié ou installé à proximité d’une source de chaleur.

Le raccordement au réseau est parfois réalisé par un tuyau rigide, particulièrement dans les cuisines encastrées, ce système garantit une bonne sécurité, mais il doit être mise en place impérativement par un professionnel.

Le tuyau flexible à pas de vis est le plus fiable et sûr, surtout les modèles à durée illimitée. Il se fixe directement au robinet de fermeture du réseau de gaz et à la gazinière. Le tuyau Flexible à Embouts Mécaniques métallique (TFEM) à durée de vie illimitée sur un robinet de type ROAI. Ce dispositif est le plus fiable et le plus sûr.

C) Utilisation du système Vissogaz.

Le système de raccordement à la gazinière le plus efficace contre les risques de fuite appelé système Vissogaz est déjà obligatoire pour les installations neuves ou modifiées depuis le 1er juillet 1996. Il est composé de 3 éléments :
- un robinet d’arrivée de gaz naturel à pas de vis (ou robinet à obturation automatique intégré, ROAI) ;
- un flexible à raccords vissables (TFEM) qui protège efficacement contre tout risque (déboîtement, notamment lorsque vous tirez votre cuisinière pour nettoyer derrière, par exemple) ;
- un pas de vis normalisé à l’entrée de l’appareil de cuisson.
Avec le système Vissogaz, vous pouvez utiliser 3 types de tuyaux flexibles (TFEM) :
- sans armature (durée de vie 5 ans) ;
- avec armature (durée de vie 10 ans) ;
- métallique, en acier inoxydable, sans limite de durée de vie.
À chaque démontage pensez à changer les joints.

D) L’entretien de votre gazinière

Nettoyez régulièrement les brûleurs de votre gazinière. Une flamme bleue doit être visible dans chaque orifice du brûleur.
Régler la flamme de son appareil de cuisson, pour cela regardez le fond de votre casserole, il ne doit pas être noirci.
Ne nettoyez jamais votre tuyau de raccordement de vos appareils de cuisson à l’eau de javel.
À chaque démontage pensez à changer les joints.
Ménagez des espaces de passage suffisants autour de la gazinière pour poser les plats et travailler. Pour une meilleure sécurité, veillez aussi à la stabilité de votre installation. Une table de cuisson doit être parfaitement encastrée ou posée sur un meuble.
Préférez une gazinière possédant un dispositif de sécurité de flamme. Les appareils de cuisson récents sont équipés d'un système de sécurité utilisant le procédé thermocouple. En cas d'extinction accidentelle de la flamme ou de débordement d'une casserole, l'arrivée de gaz naturel est immédiatement coupée.
Préférez les fours qui sont équipés d'un système qui évite l'accumulation de gaz à l'intérieur et coupe l'arrivée en cas d'extinction accidentelle de la flamme.

E) L’entretien annuel de votre chaudière

L'entretien annuel de votre chaudière au gaz naturel est une obligation légale. Vous devez donc, à votre initiative, faire vérifier votre installation 1 fois par an par un professionnel.

F) Le diagnostic Sécurité gaz et/ou électricité

Vous pouvez demander à GDF SUEZ un diagnostic Sécurité gaz et/ou électricité. Après le passage d'un technicien d'un bureau de contrôle indépendant, qui vérifiera en votre présence les points-clés de la sécurité de vos installations intérieures, un rapport détaillé sur les anomalies détectées vous sera envoyé par courrier qui expliquera les anomalies relevées, classées par degré d'importance pour le gaz, et par domaine pour l'électricité.
Pour souscrire le Diagnostic Sécurité, appelez votre conseiller au 09 69 324 324 (prix d’appel selon votre opérateur).
Les tarifs sont d'environ 45 à 179 € suivant la prestation choisie.
Pour plus d'informations voir la page Diagnostic Sécurité.

G) La ventilation

La ventilation permet aux vapeurs de cuisson et surtout aux produits de combustion d'être rapidement évacués. Elle est indispensable pour assurer une bonne combustion, pour conserver un air sain dans la cuisine et par conséquent, dans toute la maison. Pour permettre, en cas de besoin, une aération rapide, votre cuisine doit ouvrir sur l'extérieur et être dotée de grilles de ventilation. Enfin, il est important que les bouches de ventilation soient régulièrement nettoyées et jamais obstruées.

H) L’intoxication au monoxyde de carbone

L’intoxication au monoxyde de carbone, c’est le risque principal dû à un mauvais entretien d’une installation intérieure au gaz naturel. Cette intoxication peut être extrêmement grave. Même à faible dose, le monoxyde de carbone provoque des maux de tête, des vertiges, voire des pertes de connaissance. Si vous soupçonnez une intoxication au monoxyde de carbone, aérez immédiatement votre logement, fermez votre arrivée de gaz et appelez le 18.
Une insuffisance d’air ou une mauvaise évacuation des gaz brûlés entraînent la formation de monoxyde de carbone. Ces gaz brûlés proviennent d’installations intérieures mal entretenues ou défectueuses.
Vous pouvez (devez) installer chez vous des alarmes incendies ou autres, sous plusieurs formes, détecteur de monoxyde de carbone, détecteur de fumée, détecteur de chaleur, détecteur de gaz naturel.


À bientôt, et portez-vous bien !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires sans intérêt, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.