STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

vendredi 9 mai 2014

Alerte infarctus

L'infarctus qu'est-ce que c'est ?

D'une façon générale l'infarctus est la mort brutale et massive de cellules (appelée nécrose), d'une partie d'un organe, à cause d'un manque d'oxygène consécutif à une ou plusieurs artères bouchées. Cette nécrose peut atteindre tous les organes en fin de réseau d'artères qui ne sont plus nourris que par une seule d'entre-elles. les principaux concernés sont le cerveau, le cœur, les poumons, les reins, l'intestin grêle, etc.
L'infarctus qui nous concerne dans cet article, sous-entendu infarctus du myocarde (IDM), appelé couramment crise cardiaque, est la nécrose d'une partie du muscle cardiaque pouvant entraîner la mort.

L'infarctus du myocarde en chiffre.

Environ 120 000 personnes sont touchées par l'infarctus du myocarde en France, chaque année. On déplore 18 000 décès dont 12 000 dans la première heure d'où l'urgence d'intervention.

Les causes de l'infarctus du myocarde ?

- la cause direct c'est quand une ou plusieurs artères coronaires se bouchent, les cellules du myocarde (le muscle constituant le cœur) irriguées par cette (ou ces) artère(s) ne sont alors plus oxygénées, ce qui provoque leur souffrance (douleur ressentie) et peut aboutir à leur mort ; suivant sa localisation et son étendu, la nécrose peut entraîner la mort ;
- les facteurs déclenchant et aggravant :
- l'âge ;
- le sexe (masculin) ;
- l'hérédité génétique (infarctus dans la famille) ;
- le tabac (ou le tabagisme passif) ;
- l'excès de cholestérol ;
- le diabète ;
- l'hypertension artérielle ;
- exposition à la pollution notamment routière ;
- le stress notamment au travail ;
- la sédentarité ;
- l'insomnie.

Comment détecter l'infarctus du myocarde ?

L'infarctus du myocarde se manifeste le plus souvent par une douleur d'apparition brutale. Cette douleur se situe dans la poitrine, en arrière du sternum. Intense, serrant la poitrine (comme dans un étau), angoissante (le malade a l'impression qu'il va mourir), la douleur peut se propager à la mâchoire, au bras gauche, aux deux derniers doigts de la main gauche, et parfois vers le dos ou le ventre.
Un essoufflement, de pâleurs, des sueurs, une agitation, des nausées ou vomissements, un hoquet persistant, des éructations incessantes (rots) peuvent être associés.

L'infarctus du myocarde peut aussi survenir sans douleur. C'est souvent le cas chez la femme, les personnes âgées et les diabétiques. Il se manifeste alors par un malaise, un essoufflement soudain, une fatigue inexpliquée, des sensations inhabituelles dans le bras gauche.

Conseils de prévention et de lutte contre l'infarctus du myocarde.

- les personnes sédentaires doivent pratiquer chaque jour une activité physique correspondant à au moins une demi-heure de marche rapide ;
- consommer régulièrement des fruits et légumes, vous savez les cinq fruits et légumes de la télévision, dans le même registre ne manger pas trop gras, trop salé, trop sucré ;
- diminuez voire supprimez alcool et tabac ;
- la prise quotidienne de très petite quantité d'aspirine, qui favorise la fluidité du sang peut-être envisagé après avis de votre médecin ;
- évitez de monter à plus de 1500 m d'altitude ;
- évitez les climats extrêmes et les brusques changements de température ;
- évitez les efforts brusques et violents ;
- évitez le stress et les activités stressantes comme la conduite automobile ;
- le voyage en avion ne doit être envisagé qu'après avis médical ainsi que la reprise du travail.

Les gestes qui sauvent.

Une fois le diagnostic établi ou fortement suspecté, il faut évacuer en toute urgence la personne vers une structure hospitalière. Appeler le 15 ou le 112 car c'est un cas médical, suivez bien les consignes qui vous seront données. Ne rien administrer de votre propre initiative, si le malade le demande apportez-lui les médicaments ou traitement qu'il possède déjà. Vous pouvez l'aider à prendre son traitement mais pas lui administrer vous-même sauf si vous êtes un professionnel de la santé habilité à cela.
En cas de perte de connaissance sans arrêt cardiaque, mettez la personne en PLS et surveillez-la en permanence.
En cas d'arrêt cardiaque, le massage cardiaque, voire le bouche-à-bouche doivent être effectués en attendant les secours (si vous ne savez pas comment faire, faites comme dans les films, d'un point de vue strictement technique ce n'est pas très bon, mais cela a déjà sauvé des personnes notamment un enfant qui a sauvé sa mère en faisant ce qu'il a dit lui-même "comme à la télé").

Associations diverses.

Fédération Française de Cardiologie.
Alliance du Coeur.
Association des POrteurs de DEfibrillateurs Cardiaques (APODEC).


À bientôt, et portez-vous bien !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires sans intérêt, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.