STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

vendredi 25 avril 2014

Alerte BPCO

La BPCO qu'est-ce que c'est ?

La BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), appelée MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique) par nos amis Québécois, n'est pas une maladie à proprement parler, mais plutôt un groupe de maladies respiratoires qui sont devenues chroniques et dont l'origine peut avoir des causes diverses et croisées. La BPCO obstrue lentement mais sûrement les bronches ce qui diminue le débit respiratoire jusqu'au décès du malade. Divers autres troubles qu'il serait trop long à énumérer ici, perturbent la qualité de vie du malade.

La BPCO en chiffre.

Dans le monde, 3 millions de morts, dont plus de 15.000 en France chaque année.
Entre 3 et 4 millions de personnes sont touchés par la BPCO en France.
L'augmentation du tabagisme féminin a fait passer de 20% à presque 50% des cas de femmes atteintes de la BPCO.
Actuellement la BPCO est la cinquième cause de mortalité d'après l'OMS qui estime qu'elle passera en troisième position d'ici 2020 à cause du tabagisme et de l'augmentation constante de la pollution.

Les causes de la BPCO ?

Les causes sont tellement nombreuses que nous ne pourrons que les survoler sans trop rentrer dans les détails :
- une des causes est naturelle, c'est un problème génétique heureusement assez rare ;
- la cause la plus importante (plus des 3/4 des cas), vient du tabagisme ;
- la pollution en règle générale est aussi une des causes, que ce soit des fumées domestiques de chauffage, industrielles des usines, des transports, mais aussi des solvants, poussières, fibres, etc. ;
- parfois aussi d'anciennes maladies pulmonaires ou leurs séquelles ;
- à cela on peut rajouter un facteur aggravant, qui n'est pas une cause en elle-même mais un constat, c'est l'âge. En effet, la BPCO se développant lentement, elle a plus de chances d'apparaître tardivement ; la plupart des cas se déclare après 40 ans.

Comment détecter la BPCO ?

La BPCO évoluant lentement et se déclarant à un âge avancé, l’essoufflement qu'il occasionne peut paraître normal surtout au début. Voici un questionnaire simple et rapide :
- êtes-vous fumeur ou ancien fumeur ?
- toussez-vous fréquemment ?
- crachez-vous fréquemment, ou avez-vous souvent des glaires ?
- lorsque vous pratiquez une activité physique, êtes-vous plus essoufflé(e) que les personnes du même âge que vous ?
- avez-vous plus de 40 ans ?

Si vous répondez au moins trois fois oui, vous êtes sûrement concerné, il vous faut consulter au plus vite votre médecin ou un pneumologue.
Si vous êtes atteint et suivant le stade, ces professionnels vous proposeront un traitement adapté et quelques conseils.

Conseils de prévention et de lutte contre la BPCO.

- arrêt total et définitif du tabac
- fuir les lieux enfumés (tabac, cheminée, moteurs divers, etc.
- fuir les émanations de vapeurs (la plupart des peintures, vernis, colle, etc. sèchent apparemment en quelques heures, mais dont des vapeurs s'échappent durant plusieurs mois)
- se vacciner contre la grippe et le pneumocoque
- pratiquez un maximum d'activité physique de plein air
- pratiquez des activités de type yoga
- consultez sans attendre votre médecin en cas de nouveau symptôme
- changer d'activité ou de profession (voir votre médecin du travail) qui poserait problème
- consultez des sites d'associations de patients.

Associations de patients.

- Fédération française des associations et amicales de malades insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAIR), voir le site
- Comité national des maladies respiratoires (CNMR), voir le site.


À bientôt, et portez-vous bien !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires sans intérêt, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.