STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

jeudi 3 avril 2014

Alcool et grossesse

Lors de la grossesse, nul besoin de boire beaucoup d'alcool pour mettre en danger son fœtus. Même à faible dose, l'alcool fait prendre un immense risque au futur bébé pendant le processus de formation. En effet le processus génétique peut être gêné voire modifié par les effets néfastes de l'alcool transmis au futur nouveau-né via le sang.

Le SAF (syndrome d'alcoolisation fœtale) est l'une des premières causes non génétiques de handicap mental (plusieurs milliers d'enfants par an). Caractérisé par un retard mental et un dysfonctionnement du système nerveux associé à un retard de croissance du nouveau-né avec des anomalies faciales et corporelles. Sans oublier l’augmentation des risques de fausses couches, de naissances prématurées, de décès avant ou pendant la naissance.

Certains de ces problèmes liés à l’exposition du fœtus à l’alcool persisteront toute la vie de l'enfant.

Il n'existe pas de type d’alcool moins nocif pour le fœtus, ni de période moins dangereux pour boire de l’alcool.

Pourquoi faire courir un risque inutile pour son futur enfant ? Pendant la grossesse, les femmes enceintes devraient adopter ce slogan : ABSTINENCE D'ALCOOL TOTALE PENDANT LA GROSSESSE.

Trucs et astuces pour éviter de boire de l'alcool durant votre grossesse :
- en prévision d'une grossesse ou dès sa découverte demandez conseil à votre médecin ou un médecin spécialisé, pour arrêter de boire de l'alcool ;
- réduisez ou mieux arrêtez votre consommation d’alcool à partir du moment où vous avez décidé de concevoir un enfant lui donnera un maximum de chances ; en effet, il est souvent difficile d’identifier le moment exact où se produit la fécondation et l’embryon est particulièrement vulnérable pendant le premier trimestre ;
- si vous buvez de l'alcool pour chasser votre stress, trouvez-vous de nouvelles activités de détente, sortie nature, marche, etc. ;
- utilisez des boissons sans alcool cocktail, apéritif, etc. ;
- remplacez le vinaigre par du citron ou du yaourt pour vos sauces types vinaigrette ; modifiez votre recette de cuisine à base d'alcool ;
- certains médicaments contiennent de l'alcool (sirop notamment), demandez à votre pharmacien s'il existe des substitues pour les remplacer ;
- expliquez à votre entourage votre choix d’abstinence en expliquant les risques pour le bébé ;
- préparez-vous des phrases types : au lieu de me proposer (certaines oseront rajouter "comme un con") de l'alcool, propose-moi plutôt un jus de fruit, ou un cocktail sans alcool ;
- demandez à votre entourage de ne plus vous inciter à consommer de l’alcool, mais plutôt à vous soutenir et encourager dans votre choix ;
- prévoyez des boissons sans alcool en permanence chez vous et pour toutes activités en groupe ;
- fuyez comme la peste les gens qui ne comprennent pas votre choix d'abstinence.

Bien sûr après la naissance (mes félicitations), vous pouvez profiter de votre bonne habitude prise pour continuer, surtout si vous allaitez. La prise d'alcool lors de l'allaitement n'est pas aussi toxique pour l'enfant, mais ce n'est pas sans conséquences néfastes sur ce petit corps encore fragile en pleine croissance et transformation quotidienne.

Pitié, ne jouez pas à la roulette russe avec votre enfant.


À bientôt, et portez-vous bien !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Afin de limiter la longueur de la liste des commentaires sans intérêt, ceux-ci sont modérés. Les commentaires apportant un plus aux articles seront publiés ou intégrés à ceux-ci.
Les remerciements et encouragements sont bien sûr les bienvenus.

Merci pour votre compréhension.