STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

dimanche 27 avril 2014

Alerte AVC

L'AVC qu'est-ce que c'est ?

L'AVC ou Accident Vasculaire Cérébral appelé aussi attaque cérébrale, est un déficit neurologique soudain d'origine vasculaire causé par un infarctus (mort brutale et massive de cellules, irréversible d'une partie d'un organe à cause d'un manque d'oxygène) ou une hémorragie au niveau du cerveau.

L'AVC en chiffre.

Dans le monde, 17 à 18 millions de personnes atteintes pour 6 à 7 millions de morts, chaque année.
En France, les AVC sont la troisième cause de décès (après l'infarctus du myocarde et les cancers). Elles touchent 130 000 personnes dont environ 62 000 décès chaque année.
Actuellement l'AVC est la seconde cause de mortalité au niveau mondial d'après l'OMS qui estime à 23 millions le nombre de personne touchées en 2030, cette augmentation étant du entre autre à la sédentarité, la malbouffe, le stress, etc.

Les facteurs de risque de l'AVC ?

Les facteurs de risque sont classés en trois catégories, majeurs, moyens et faibles ou discutés.
Risques majeurs :
- niveau de pression artérielle (notamment l'hypertension artérielle) ;
- fibrillation auriculaire ;
- arythmie cardiaque ;
- alcoolisme chronique sévère ;
- âge (augmentation de la rigidité vasculaire) ;
- état dépressif.
Risques moyens :
- diabète ;
- hyperhomocystéinémie ;
- tabac ;
- œstroprogestatifs ;
- infections ;
- antécédents familiaux.
Risques faibles ou discutés :
- hypercholestérolémie ;
- migraine avec aura ;
- obésité.

Comment détecter l'AVC ?

Un AVC peut être détecté par un ou plusieurs trouble(s) qu'il occasionne :
- vertige, étourdissement ou perte de l’équilibre ;
- engourdissement, perte de sensibilité ou paralysie, d’un bras, d’une jambe ou d’un côté du visage (déformation de la bouche) ou du corps ;
- vision trouble, réduction du champ visuel ou perte de la vue d'un un seul œil ;
- confusion, difficulté à comprendre, difficulté à articuler ou à trouver ses mots ;
- mal de tête d’une intensité exceptionnelle, accompagné parfois de vomissements.

Face à une suspicion d'AVC, cinq questions à poser :
- quel jour sommes-nous, comment vous appelez-vous, que faites-vous ici ? (ou une autre question simple), la personne doit comprendre et répondre facilement ;
- demandez à la personne de répéter une phase simple, la personne doit comprendre et répéter facilement ;
- souriez-moi, le sourire de la personne doit être symétrique sans déformation ;
- levez les bras, la personne doit pouvoir lever les deux bras ;
- cacher un œil de la personne et demander lui de compter les doigts que vous lui présentez, idem l'autre œil, la personne doit voir correctement.

Si vous observez un dysfonctionnement non expliqué appelez immédiatement le 15.

Conseils de prévention et de lutte contre l'AVC.

- équilibrez sa tension artérielle afin de lutter contre l'hypertension ;
- diminuez voire supprimez le tabac ;
- diminuez l'alcool à un ou deux verre de vin par jour, pas d'équivalence d'un autre alcool ;
- diminuez le café à trois tasses par jour ;
- supprimez toutes prises de drogue ;
- les personnes sédentaires doivent pratiquer chaque jour une activité physique correspondant à au moins une demi-heure de marche rapide ;
- consommer régulièrement des fruits et légumes, vous savez les cinq fruits et légumes de la télévision, dans le même registre ne manger pas trop gras, trop salé, trop sucré ;
- l'association d'une contraception orale chez une femme migraineuse et fumeuse représente un risque nettement important (migraine plus pilule multiplieraient le risque par 14, migraine plus tabac par 10, et l'association des trois par 35), consultez votre gynécologue ;
- évitez le stress et les activités stressantes comme la conduite automobile ;
- en cas de ronflements et l'apnée du sommeil, consultez votre médecin.

Les gestes qui sauvent.

Une fois le diagnostic établi ou fortement suspecté, il faut évacuer en toute urgence la personne vers une structure hospitalière. Appeler le 15 ou le 112 car c'est un cas médical, suivez bien les consignes qui vous seront données. Ne rien administrer de votre propre initiative, si le malade le demande apportez-lui les médicaments ou traitement qu'il possède déjà. Vous pouvez l'aider à prendre son traitement mais pas lui administrer vous-même sauf si vous êtes un professionnel de la santé habilité à cela.
En cas de perte de connaissance sans arrêt cardiaque, mettez la personne en PLS et surveillez-la en permanence.
En cas d'arrêt cardiaque, le massage cardiaque, voire le bouche-à-bouche doivent être effectués en attendant les secours (si vous ne savez pas comment faire, faites comme dans les films, d'un point de vue strictement technique ce n'est pas très bon, mais cela a déjà sauvé des personnes notamment un enfant qui a sauvé sa mère en faisant ce qu'il a dit lui-même "comme à la télé").

Associations de patients.

France AVC
Fédération nationale des aphasiques de France
Association des Paralysés de France
Union nationale des Associations Françaises des Traumatisés crâniens (UNAFTC)


À bientôt, et portez-vous bien !



samedi 26 avril 2014

Alerte tuberculose

La tuberculose qu'est-ce que c'est ?

La tuberculose est une maladie infectieuse, contagieuse, non immunisante, et qui devient chronique. Elle est provoquée principalement au bacille de Koch. Cette maladie concerne aussi bien les humains que les animaux. Le bacille peut infecter tous les organes, mais principalement les poumons où il creuse des cavités. Parfois le malade ignore qu'il est malade. C'est une des maladies les plus mortelles.

La tuberculose en chiffre.

Dans le monde un tiers de la population, soit 2 milliards de personnes, à été infecté par le bacille. Chaque année, 9 millions de personnes, dont 500 000 enfants développent la tuberculose et 1,3 million en meures. Parmi ces malades un tiers ne sont pas détectés, et donc non soignés. Cette maladie se situe en seconde position juste après le VIH/sida, en terme de décés.
En France, on compte plus de 5000 nouveaux cas par an et environ 900 décès chaque année, l'Île-de-France étant 2 à 4 fois plus touchée que le reste du territoire. De par sa promiscuité la population carcérale est la plus touchée, avec proportionnellement 10 fois plus de cas.

L'évolution de la tuberculose et de son traitement ?

Au début des années 2O, Calmette et Guérin, finissent par mettre au point un vaccin, le BCG.
Pendant les années 50, des antibiotiques très efficaces trop peut-être, car les recherches dans ce domaine s'arrêtent dans les années 80.
Le bacille de Koch a évolué depuis pour devenir résistant au traitement, et le nombre de malades à augmenter dans les pays non industrialisés.
Via divers facteurs, émigration, tourisme de masse, développement du SIDA, résistance voire ultra-résistance aux antibiotiques, ainsi que le désintérêt financier de l'industrie pharmaceutique, la maladie commence maintenant à augmenter dans les pays industrialisés.

La transmission de la tuberculose ?

La tuberculose est une maladie contagieuse par voie aérienne. L’inhalation d’un petit nombre de gouttelettes, en suspension dans l’air, contaminées par la bactérie provenant d'un malade, suffit à infecter un individu. En un an, une personne tuberculeuse non traitée peut infecter de 10 à 15 personnes en moyenne.
Le développement des déplacements de population (touristes, commerçants, émigrants, etc.) surtout après les trente glorieuses ont augmenté la dissémination de la maladie sur la planète.

Comment détecter la tuberculose ?

Les symptômes courants de la tuberculose pulmonaire évolutive sont une toux accompagnée d’expectorations parfois teintées de sang, des douleurs dans la poitrine, une faiblesse générale, une perte de poids, de la fièvre et des sueurs nocturnes.

Conseils de prévention et de lutte contre la tuberculose.

- la première prévention est la vaccination BCG, même s'il est de moins en moins efficace ;
- le lait que vous consommez doit toujours être pasteurisé ;
- port d'un masque et de gants, lavage fréquent des mains, en présence de personnes atteintes ou supposées ; port du masque pour le malade ;
- avoir une bonne hygiène de vie (alimentation, sommeil, activité physique, no stress, etc.).


À bientôt, et portez-vous bien !



vendredi 25 avril 2014

Alerte BPCO

La BPCO qu'est-ce que c'est ?

La BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), appelée MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique) par nos amis Québécois, n'est pas une maladie à proprement parler, mais plutôt un groupe de maladies respiratoires qui sont devenues chroniques et dont l'origine peut avoir des causes diverses et croisées. La BPCO obstrue lentement mais sûrement les bronches ce qui diminue le débit respiratoire jusqu'au décès du malade. Divers autres troubles qu'il serait trop long à énumérer ici, perturbent la qualité de vie du malade.

La BPCO en chiffre.

Dans le monde, 3 millions de morts, dont plus de 15.000 en France chaque année.
Entre 3 et 4 millions de personnes sont touchés par la BPCO en France.
L'augmentation du tabagisme féminin a fait passer de 20% à presque 50% des cas de femmes atteintes de la BPCO.
Actuellement la BPCO est la cinquième cause de mortalité d'après l'OMS qui estime qu'elle passera en troisième position d'ici 2020 à cause du tabagisme et de l'augmentation constante de la pollution.

Les causes de la BPCO ?

Les causes sont tellement nombreuses que nous ne pourrons que les survoler sans trop rentrer dans les détails :
- une des causes est naturelle, c'est un problème génétique heureusement assez rare ;
- la cause la plus importante (plus des 3/4 des cas), vient du tabagisme ;
- la pollution en règle générale est aussi une des causes, que ce soit des fumées domestiques de chauffage, industrielles des usines, des transports, mais aussi des solvants, poussières, fibres, etc. ;
- parfois aussi d'anciennes maladies pulmonaires ou leurs séquelles ;
- à cela on peut rajouter un facteur aggravant, qui n'est pas une cause en elle-même mais un constat, c'est l'âge. En effet, la BPCO se développant lentement, elle a plus de chances d'apparaître tardivement ; la plupart des cas se déclare après 40 ans.

Comment détecter la BPCO ?

La BPCO évoluant lentement et se déclarant à un âge avancé, l’essoufflement qu'il occasionne peut paraître normal surtout au début. Voici un questionnaire simple et rapide :
- êtes-vous fumeur ou ancien fumeur ?
- toussez-vous fréquemment ?
- crachez-vous fréquemment, ou avez-vous souvent des glaires ?
- lorsque vous pratiquez une activité physique, êtes-vous plus essoufflé(e) que les personnes du même âge que vous ?
- avez-vous plus de 40 ans ?

Si vous répondez au moins trois fois oui, vous êtes sûrement concerné, il vous faut consulter au plus vite votre médecin ou un pneumologue.
Si vous êtes atteint et suivant le stade, ces professionnels vous proposeront un traitement adapté et quelques conseils.

Conseils de prévention et de lutte contre la BPCO.

- arrêt total et définitif du tabac
- fuir les lieux enfumés (tabac, cheminée, moteurs divers, etc.
- fuir les émanations de vapeurs (la plupart des peintures, vernis, colle, etc. sèchent apparemment en quelques heures, mais dont des vapeurs s'échappent durant plusieurs mois)
- se vacciner contre la grippe et le pneumocoque
- pratiquez un maximum d'activité physique de plein air
- pratiquez des activités de type yoga
- consultez sans attendre votre médecin en cas de nouveau symptôme
- changer d'activité ou de profession (voir votre médecin du travail) qui poserait problème
- consultez des sites d'associations de patients.

Associations de patients.

- Fédération française des associations et amicales de malades insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAIR), voir le site
- Comité national des maladies respiratoires (CNMR), voir le site.


À bientôt, et portez-vous bien !



dimanche 20 avril 2014

Cheveux et santé

Un nombre impressionnant de produits chimiques qui ne sont pas naturellement sécrétés par le corps humain comme la plupart des médicaments, des polluants, des métaux lourds, des drogues, ou des produits de dopage se déposent dans les cheveux, les poils, et les ongles.

Tous les aficionados d'actualités sportives, ont entendu parler de la lutte antidopage. Les produits dopants sont recherchés dans le sang ou les urines mais aussi dans les phanères (éléments produits par la peau, à base de kératine). Il est même possible de définir la chronologie de la prise de ces produits (le cheveu à chaque pousse, "enregistre" la prise de dopage mais aussi de tous les autres produits chimiques).

Le problème (ou l’avantage comme lanceur d'alerte), c'est que la texture ou la couleur des cheveux peut changer sans raison connue ou voulue. Des cheveux frisés peuvent se raidir ou inversement et la teinte peut s'éclaircir ou s'assombrir. Les cils et sourcils peuvent aussi changer d'aspect ou de longueur. Les ongles et les autres poils sont aussi touchés mais les effets sont bien souvent beaucoup moins visibles.
Le changement le plus visible est sûrement la perte de chevelure et de pilosité lors de traitements lourds anti cancéreux. Mais généralement dans ce cas, la personne est avertie et chaque fois que possible des mesures préventives sont prises (casque à froid, etc.).

Par contre, dès que vous constatez une modification d'aspect capillaire non expliqué, il faut consulter votre médecin et faire le point avec lui des traitements en cours, voire des nouveaux traitements ou ceux qui ont été modifiés. Vous pouvez aussi consulter un dermatologue. En effet la prise de certains médicaments peut entraîner des effets indésirables, pas toujours officiellement connu par l'industrie pharmaceutique, et donc sans explications scientifiques.

Bonne nouvelle pour les plus anciens d'entre vous, l'apparition de poils ou de cheveux blancs ne vient pas d'intoxication chimique, mais c'est un événement naturel qui vient avec l'âge au cours de la vie de tout un chacun.


À bientôt, et portez-vous bien !



samedi 12 avril 2014

Anti-vol

Comme nous l'avons déjà préconisé dans un article précédent, inscrivez-vous à l'opération tranquillité vacances si vous vous absentez plusieurs jours. Si vous êtes dans le bon secteur vous pouvez aussi bénéficier des services de l'application sos cambriolage. Voir les articles correspondants.

L'utilisation des deux aides ci-dessus ne vous exempte pas de suivre quelques conseils souvent de bon sens afin de diminuer le risque de visites de vos habitations durant votre absence.

Principe de base.

Comme dans d'autres domaines le risque zéro n’existe pas. Il faut donc mettre le plus d'obstacles possible pour éloigner les voleurs.

Les voleurs sont pressés, et par définition, n'ont pas envie de trop travailler, donc faites durer le plus possible le temps d'ouverture de votre maison et rendez cette ouverture la plus fastidieuse possible.

Les voleurs aiment savoir où ils mettent les pieds, ne donnez pas de renseignement à un inconnu, n'ouvrez même pas la porte à un inconnu. En cas d'obligation, vérifiez et notez l'identité de la personne désirant rentrer chez vous. En cas de professionnels, vérifiez auprès de leur société, pour cela n'utilisez pas de numéros de téléphone qu'il vous donne (un complice peut répondre), faîtes votre recherche sur les pages jaunes (c'est plus long, mais plus sûr).
Ne laissez pas d'objets de valeur visibles depuis l'extérieur, à travers les fenêtres, porte de garage ouverte, etc.

Ne laissez pas un inconnu seul dans une pièce, s'ils sont plusieurs ils doivent travailler ensemble pour pouvoir être surveillés. Ne pas laisser entrer une équipe de deux ou trois personnes pour un simple entretien de VMC par exemple. Si des travaux sont prévus, avant l'arrivée des ouvriers, enfermez tous qui pourraient être tentant, fermez à clef les pièces où ils n'ont rien à faire. Gardez toujours un œil sur eux, tant qu'ils sont là.

Les voleurs n'aiment pas le bruit et la lumière, mettez-les en situation d'être éclairé et de faire du bruit. Ils n'aiment pas non plus les animaux bruyants voire mordants ou dangereux.

Les voleurs n'aiment pas non plus passer trop de temps à ouvrir un domicile, rendez-lui la tâche difficile, dans le domicile c'est pareil, il n'aime pas rester longtemps sur place, ne laisser rien en évidence. Ne cachez pas vos biens de valeur sous la pile de draps dans l'armoire ou le tiroir de la table de nuit, soyez imaginatif, une cachette sophistiquée derrière une cachette simple dans lequel il y des biens de peu de valeur, par exemple.
Ne prenez pas l'habitude de laisser dans votre hall d'entrée, le double des clefs du domicile, du travail, résidence secondaire, véhicule ou autres, ne laisser pas non plus sac à main, portefeuilles, porte-monnaies, argent, téléphones ou ordinateurs portables (sauf si c'est des objets de peu de valeur ou faux pour tromper les voleurs).
Vous pouvez fabriquer une cachette dans un élément de votre maison : plinthe, parquet, VMC, grille d'aération, tuyauterie, double fond, faux plafond, tas de vieilleries, objet évidé, etc.

L'achat d'un coffre-fort est une option intéressante. le niveau de sécurité (et donc son prix), sera fonction de ce qu'il renferme. le coffre devra être emmuré et caché (pas par un tableau comme dans les films). Les clefs et/ou codes d’accès aussi doivent être cachés.

Une autre option, c'est l'installation d'une alarme. Il existe une multitude de modèles, privilégiez ceux qui sont autonomes à batterie, et transmetteur d'alerte téléphonique. Vous pouvez trouver des modèles proposant un abonnement à une société de télé-surveillance, certaines proposent aussi d'autre options de préventions/protections.

Vous pouvez aussi opter pour un dispositif de marquage invisible (appelé aussi ADN chimique), soit qui se déclenche en cas d'intrusion et donc marque aussi les voleurs, soit par marquage préventif sur les objets de valeur.

Quand vous êtes présent, ne jetez pas devant votre porte le carton d'emballage de votre super télévision ou ordinateur dernier cri qui fera de vous une cible pour les voleurs.

Si vous constatez un fait faisant suspecter une préparation de cambriolage ou un cambriolage en cours, n'intervenez pas vous-même (votre vie est plus précieuse), laissez faire les professionnels formés pour cela. Alertez au plus vite police ou gendarmerie. Recueillez un maximum de renseignements sans vous exposer, toutes les choses qui ont été touchées, marque, modèle, couleur et numéro d'immatriculation du véhicule, caractéristique des suspects, taille, corpulence, âge, accent, signes distinctifs, vêtement, etc., prenez des photos ou des films.

Ne communiquez pas vos dates de vacances ou d'absence, même sur les réseaux sociaux. Ne laissez pas de message sur votre répondeur donnant les dates ou durée de votre absence.

Faites transférer les appels arrivant à votre téléphone fixe vers votre téléphone portable ou le téléphone fixe d'une personne de confiance.

Les clefs.

Votre trousseau de clefs doit rester anonymes pas de nom, ni d'adresse écrit dessus.

Ne donner un jeu de clefs à vos enfants seulement s'il n'y a pas d'autre solution.

Si vous perdez, ou croyez avoir perdu un jeu de clefs, remplacez le canon de votre serrure.

Ne cachez pas vos clefs sous le paillasson ou un pot de fleurs, soyez plus imaginatif.

Si vous sentez le besoin d'avoir un jeu de clefs de secours, confiez-le à un proche de toute confiance (dans une boîte ou une enveloppe scellée). Sinon vous pouvez l'enterrer sur votre terrain dans un sac ou une boîte étanche ou l'emmurer derrière un crépi, une plaque de plâtre ou une briquette.

Simuler une présence.

Ne laissez pas votre courrier déborder de votre boîte aux lettres. Vous pouvez demander à la Poste de réexpédier ou de garder votre courrier. Mais le plus efficace, c'est de demander à une personne de confiance de relever votre courrier et les publicités régulièrement.

Demandez à un voisin d'ouvrir les volets le matin, et de les fermer le soir. De déplacer des objets posés dans le jardin, l’étendre du linge de temps en temps. Demandez-lui aussi de faire éventuellement une petite réparation en cas de découverte d'une dégradation qui peut avoir été fait pour repérer les maisons inoccupées (on ne reste pas plusieurs jours avec un carreau cassé sans au moins faire une petite réparation).

Vous pouvez utiliser des programmateurs électriques pour allumer et éteindre lumière ou poste audio à heures fixes, entre midi et deux ou le soir par exemple. Il existe aussi des dispositifs qui font la même chose mais de façon aléatoire.

Protection des abords.

Si vous habitez une maison avec terrain, celui-ci doit être efficacement clôturé. Une petite clôture facile à sauter est ridicule. Il faut un mur haut ou une haie épaisse et impénétrable, pour l'entrée c'est pareil un portail haut et solide, si vous avez en place une grille, obturez la visibilité. Par contre, ne mettez pas de système anti intrusion type tessons de bouteille ou barbelé.

Cette stratégie de cacher la vue intérieure de votre terrain par des "passants indélicats" est à double tranchant, vos voisins ne peuvent plus surveiller votre habitation pendant votre absence, ou du moins pouvant être supposé par les dits "passants indélicats" qui s'ils sont assez téméraires pour passer la clôture pourront agir loin des vues. Une autre stratégie, fermer les parties visibles depuis l'extérieur et depuis les maisons de vos voisins par de hautes grilles. Tout dépend de votre situation et votre entourage.

Bien sûr la boîte aux lettres est située à l'extérieur de la clôture ou incluse dans celle-ci, afin de ne pas donner de prétexte à quelqu'un de rentrer sur votre terrain.

Si c'est possible, dans une clôture sans visibilité, aménagez près du portail une petite fenêtre avec un volet (environ 40 X 50 cm maximum). Vous pouvez installer un interrupteur pour un éclairage extérieur. Pour vous protéger vous pouvez aussi disposer à portée de main sifflet, lampe éblouissante, bombe lacrymogène, etc. Personne ne pourra vous reprocher de laisser traîner un vieux clou de charpentier rouillé ou un fer à béton négligemment oublié près de cette ouverture. Vous pourrez ainsi réceptionner un colis ou parlez à une personne à l'extérieur.

Si vous avez opté pour un portail sans visibilité de l'extérieur, vous devez être en mesure de voir ce qui se passe à l'extérieur. Vous pouvez installer un visiophone, mettre un judas, ou un miroir bombé détourné de son usage (voir les angles morts en sortant sa voiture).

Installez de façon visible une sonnette, une cloche carillon, un interphone ou un visiophone (aussi appelé portier vidéo), près du portail ou de la porte d'entrée afin de supprimer tous prétextes d'intrusions. Si une personne est à l'intérieur de votre terrain sans s'être signalé à forcément des idées malhonnêtes.

Lorsqu'une personne se signale à l'entrée, ne sortez pas sans l'avoir identifié. Face à un inconnu, faites "le mort". Attention au home-jacking, ne sortez pas sans vérification, une autre personne peut être cachée près de votre porte. Si c'est important il laissera un mot ou vous téléphonera.

Entourez votre maison, d'une bande de graviers, de petits galets, voire plus original des galets de verre. Ce dispositif qui doit être de couleur claire (on voit mieux les silhouettes la nuit), a le don d'être bruyant sous les pas de quelqu'un, ce qui va déranger les personnes malhonnêtes.

Depuis votre maison, aucun arbre ou arbuste ne doit cacher la vue, de même aucun arbre ne doit permettre d'aider l’ascension à une fenêtre.

Dans la cour,ne laissez pas d'outils qui peuvent aider les voleurs (échelle, barre de métal, etc.
Les abris de jardin sont souvent faciles à forcer, n'y stockez pas de matériel de valeur ni de matériel pouvant aider les voleurs à cambrioler votre maison.

Si vous avez les moyens, installez un réseau de caméras de surveillance, sinon de caméras factices qui dissuaderont au moins les petits voleurs. Certaines caméras sont maintenant Wi-fi avec accès internet et smartphone plus alerte par e mails, vision nocturne et détecteur de mouvements.
Où c'est possible disposez des lampes à déclenchement par détections de mouvements, les voleurs n'aiment pas être mis en lumière. En plus cela peut augmenter votre confort de vie en éclairant la porte d'entrée ou de garage à votre arrivée.

Animaux de garde.

Si vous pouvez, procurez-vous un chien (à moindre coût à la SPA avec en bonus une bonne action). Dès qu'il aura intégré qu'il fait "partie de votre meute", il défendra le territoire de sa meute (votre maison et son terrain autour). C'est un animal qui restera fidèle quoiqu'il se passe, il a juste besoin de nourriture, de soin et aussi un peu d'amour qu'il saura vous retourner. Il faudra le plus rapidement possible faire une formation à l'obéissance de base (assis, couché, au pied, etc.) et des bases de garde/défense (attaque, stop attaque, aboyer ou se taire sur ordre, savoir débusquer, approcher et coincer un intrus en silence, etc.).

Une solution si vous ne voulez ou ne pouvez pas avoir de chien. Sur le portail ou porte d'entrée qui doit donc rester toujours fermé, mettez un panneau type attention au chien. Éventuellement mettez dans la cour une grosse niche avec une grosse gamelle devant. Ce stratagème ne bluffera pas les cambrioleurs "professionnels" mais éloignera les autres.
Dans le même style, collez sur sa porte d'entrée de la maison, une affichette indiquant : Cette maison contient un élevage de serpents, d'araignées ou de scorpions.

Si vous habitez la campagne, élevez une petite bande d'oies, ce sont de bonnes gardiennes car il y en a toujours une ou deux qui veillent instinctivement pour se protéger des prédateurs. En plus, dans une oie tout est bon.

Une solution plus urbaine, c'est l’acquisition d'oiseaux "qui parlent" type mainate, perroquet, perruche ou autres. Les avantages, ce sont des animaux qui égaillent la maison, et qui semblent chercher tout prétexte pour s'exprimer quand ils sont seuls et donc "piaillent" dès qu'ils entendent du bruit.

Fermeture des accès.

Les portes.

On parle ici de toutes les portes donnant vers l'extérieur et non pas seulement la porte d'entrée principale. Même les portes à l'arrière ou de côté qui sont cachées à la vue depuis la rue, qui sont bien intéressantes pour les voleurs.
Dans certains cas, il peut être intéressant de renforcer des portes intérieures, soit pour une pièce destinée à votre sécurité, soit une pièce où son garder des "choses" importantes pour vous, soit des portes intermédiaires (entre l'intérieur du garage et l'intérieur de la maison par exemple) pour retarder les voleurs, soit une pièce sans importance (débarras, buanderie, cave, etc.) pour désorienter les voleurs.
Les portes de garage et portes-fenêtres seront vues dans un autre chapitre.

Lorsque vous vous installez pour la première fois dans un domicile, changez les serrures ou au moins les canons ou cylindres de ceux-ci. Profitez pour installer un viseur optique (judas) et/ou un visiophone. L'entrebâilleur n'est pas très conseillé, il ne résiste pas à un coup de force et ne vous protège pas des escrocs/voleurs baratineurs. Si quelqu'un sonne ou tape à la porte, identifiez-le par le judas sans rien dire, si c'est un inconnu, ne répondez pas, attendez qu'il parte. En cas de problème, appelez la police et prenez toutes les précautions possibles.

Si vous en avez les moyens faites vous posez par un professionnel des portes A2P avec une serrure multi-points et faites vérifier la solidité de l'huisserie et la maçonnerie autour.

Sinon, il faudra vous-même renforcer vos portes, pour cela :
- pose du coté intérieur d'une plaque d'acier (dite blindage plat) d'1 mm minimum, ajustée au plus juste aux dimensions de la porte, sans oublier un trou pour le judas ; voire une plaque de blindage pivot ou encore un super blindage intégrant les cornières ;
- pose du coté extérieur de cornières anti-effraction pour éviter l'introduction d'un outil type pied-de-biche entre la porte et l'huisserie et d'un plat de battement central pour les portes à deux battants ;
- pose d'une serrure multi-points (3 voire 5 points), avec des gâches de pênes costaux, et dont le canon de serrure ne doit pas dépasser de la porte, si ce n'est pas possible posez une plaque de métal autour ou une rosace de protection pour empêcher la prise avec une pince à griffes ; il ne faut pas rajouter deux verrous à une serrure de base, les voleurs savent qu'au bout de quelque temps tout le monde en a marre d'ouvrir et fermer 3 serrures avec 3 clefs différentes ;
- pose d'un verrou bloquant la tringle de serrure multi-points si elle est apparente en y fixant un téton ou une gâche, si possible mettez un verrou d'une autre marque et renforcé par une contreplaque blindée et protecteur de cylindre à l'extérieur ;
- choisissez si possible des serrures et verrous à double entrée, fonctionnant avec la clef à l'extérieur et à l'intérieur ;
- renforcement des gâches par des gâches cornières, des brides de renforcement, des gâches soudées, etc. ;
- pour les portes secondaires, minimisez les coûts, en laissant la serrure de base mais renforcez la sécurité en rajoutant une plaque de blindage plus deux barres métalliques de fermeture, à environ 0,50 et 1,50 m du sol, pour chaque barre 2 supports fixés sur la porte avec un système anti soulèvement et 2 supports fixés au mur avec aussi un système anti soulèvement ;
- avec tout ça la porte va peser il faudra renforcer avec des paumelles et/ou des cornières de pivotement. Les gonds sont à renforcer et/ou en rajouter un de plus.
- dans les appartements d'immeuble, la seule entrée est souvent l'entrée principale (sauf au rez de chaussée, voire certains premiers étages), n’hésitez pas à investir pour sa sécurité ;

N'oubliez pas, avant votre départ, de fermer correctement à doubles tours portails, portes et fenêtres, surtout au rez-de-chaussée. Ne prenez pas l'habitude de laisser le portail ouvert sans véhicule devant le garage ou la maison, ni de laisser votre véhicule à cette place s'il est visible de l'extérieur.

Les portes-fenêtres.

Le vitrage des portes-fenêtres doit être double voire triple, avec une vitre feuilletée anti-effraction à l'extérieur (en plus c'est bon pour l'écologie et les économies), le verre en est très solide. Il doit être supporté par une huisserie en bois et surtout pas en plastique (trop souple même avec plusieurs points de fermeture).

Comme avec les fenêtres les volets seront renforcés (voir le chapitre sur les fenêtres), pour les grandes baies prévoir un rideau de fer comme pour les commerces.

Pour les portes-fenêtres coulissantes, placer un chevron (coupé à dimension exacte entre le bord du mur portant la partie fixe et le bord intérieur de la partie coulissante), sur le rail coulissant, contre la partie fixe afin de bloquer la partie coulissante de la porte-fenêtre.

Ne laissez pas la clef introduite dans la partie intérieure de la serrure d'une porte-fenêtre surtout si elle est visible.

Les portes de garage.

Si vous pouvez accéder directement dans la maison depuis le garage, la porte servant d'accès, doit être considérée comme une porte secondaire voire comme une porte d'entrée principale. Il faudra donc veiller à la renforcer comme telle (voir le chapitre sur les portes.

Les portes de garage courantes sont souvent fines et souples, faciles à forcer avec un pied-de-biche ou un outil équivalent. Il vaut mieux les remplacer par des portes épaisses en bois pourvues d'un blindage d'acier, de cornières anti-effraction, de gonds renforcés (pour le poids supplémentaire), et deux barres de renfort horizontales.

Si vous gardez des portes d'origines qui fonctionnent avec un rail (porte basculante ou coulissante), installez un système de blocage sur le rail comme par exemple un cadenas ou une tige de fer passant dans un trou situé juste avant une des roulettes.

Les fenêtres.

Le vitrage des fenêtres doit être double voire triple, avec une vitre feuilletée anti-effraction à l'extérieur (en plus c'est bon pour l'écologie et les économies), le verre en est très solide. Il doit être supporté par une huisserie en bois et surtout pas en plastique (trop souple même avec plusieurs points de fermeture).

Les volets roulants, qu'ils soient électriques, à manivelle ou à sangles sont à proscrire sauf si c'est pour vous protéger du soleil. Ils n'arrêteront aucun voleur, sauf peut-être certain modèle retardateur d'effraction dont les points sensibles ont été renforcés (généralement A2P). Il en est de même pour les volets en fines lattes de bois, alu ou plastique.

De bons volets seront fixés sur une huisserie de bois ou scellés dans le mur, constitués de deux épaisseurs de planches épaisses renforcées d'une plaque métallique entre les deux comme la porte principale. Les gonds aussi sont renforcés pour tenir le poids. Prévoir des barres de fermeture horizontales en renfort, avec système anti crochetage et plusieurs points de fixation et supports. Les volets doivent être ajustés au plus juste, pour éviter l'introduction d'outil comme un pied-de-biche.

Pour les fenêtres coulissantes, placer un chevron (coupé à dimension exacte entre le bord du mur portant la partie fixe et le bord intérieur de la partie coulissante), sur le rail coulissant, contre la partie fixe afin de bloquer la partie coulissante de la porte-fenêtre.

Certaines fenêtres de petites tailles ou au rez-de-chaussée peuvent avoir besoin d'être fermées par des barreaux scellés (diamètre 2 cm au minimum). Cela demande une petite préparation. Les barreaux verticaux doivent être cylindriques, ils seront enduits d'une bonne couche de graisse et glissé à l'intérieur d'un tube d’acier de diamètre supérieur. Les barreaux (verticaux) ainsi préparés seront introduits dans deux ou trois barres d'acier (horizontaux) de section rectangulaire (de 2 cm par 4 cm au minimum). Le passage libre doit être au maximum de 11 ou 12 cm entre les barreaux. Évitez les ensembles prêts à poser qui présentent peu de sécurité.

Vous pouvez aussi opter pour des volets métalliques avec lames de fortes épaisseurs, une barre centrale haute résistance, un blocage pour chaque lame en partie haute et basse, et une condamnation de l'espagnolette.

Évitez de dormir fenêtres ouvertes la nuit, même si votre chambre à coucher est située aux étages supérieurs d'un immeuble.

Les toits.

Les immeubles possèdent généralement un accès du toit aux parties communes, celui-ci devrait être fermé à clefs et renforcé au moins comme les portes secondaires.

Pour la plupart des maisons, le toit est un point faible, ne laisser rien qui puisse aider à monter dessus. Si possible renforcez la protection en rajoutant au niveau de la charpente, un ensemble de planches épaisses, chevrons, barres métalliques, grilles, etc. pour ralentir le travail des voleurs. Sous le toit, l'accès au grenier ou à la pièce aménagée doit aussi être renforcé comme une porte secondaire.

Les fenêtres types Velux doivent être fermées, les volets roulants c'est bien pour le confort, mais pas très efficace contre les voleurs, fermez-les quand même. Prévoyez une protection anti-vol plus robuste lors des absences du domicile.

Les conduits de cheminée surtout sur les demeures anciennes peuvent être assez larges, les ramoneurs des temps jadis y faisaient descendre des enfants pour les ramoner (de plus le Père Noël avec son gros ventre y passe tous les ans). Il faut soit mettre un système de anti-intrusion ou diminuer le diamètre du conduit quand c'est possible.

Les véhicules aussi.

Garez-vous si possible dans un lieu éclairé et bien visible. Fermez les vitres et toit ouvrant complètement, même sous une chaleur importante. Verrouillez les portes et le coffre. Bloquez le volant avec le neiman plus un dispositif antivol type canne entre le volant et une des pédales. Retirez l'autoradio ou sa façade, le GPS ainsi que son support. Ne laissez rien de tentant et visible, monnaie, lunette de soleil, sac divers, téléphone, ordinateur, etc.

Pour éviter le car-jacking, verrouillez les portes, fermez aussi les fenêtres en cas de chaleur préférez la ventilation ou la climatisation lors des arrêts aux feux tricolores, des bouchons ou autres. Ne laissez pas d'objet visible sur le siège inoccupé.

Dès que vous descendez du véhicule, coupez le contact et prenez la clef avec vous. Ne laissez pas la clef de votre véhicule dans l'entrée de votre domicile.



À bientôt, et portez-vous bien !



vendredi 11 avril 2014

Écovillage

Il existe autant de concept que d'écovillage, appelé aussi éco-village, éco-lieu, ou éco-hameau.
La plupart sont situés en milieu rural et visent l'autonomie, au moins du point de vue alimentaire, en s’appuyant sur un modèle politique et économique alternatif. La place de l'homme et de l'écologie est aussi souvent un des facteurs prépondérants dans l'organisation.

Vu le nombre concepts et de conceptions d'écovillage, il est difficile de les adopter tous et les approuver (de plus, personne ne vous le demande). Par contre, il y a de bonnes idées à glaner parmi tous ces concepts, pour la création de votre BAD (base autonome durable), que ce soit votre résidence principale ou une résidence de replie.

La plupart des écovillages ont pour principe de ne pas surexploiter la terre et d'utiliser des techniques agricoles les plus écologistes possible et donc avec une visée de durabilité à long terme. Le terme écovillage est né de la fusion des termes écologie et village.
Le concept de la BAD (autonomie et durabilité), en est on ne peut plus proche, surtout si l'on considère qu'en cas de rupture des services de distribution, plus de produits phytosanitaires, plus de semence (Monsanto, ou autres), plus d’énergie fossile, etc., et pourtant il faudra bien manger.
Pour cela, le retour à des méthodes ancestrales et pourtant pas si lointaines, devront être envisagées, si elles ne sont pas déjà mises en œuvre dans le cadre de l'écovillage.
En plus de ces principes écolo-économique, un autre principe important est social, c'est le rassemblement d'une communauté parfois hétéroclite, qui échange et/ou mutualise ses savoirs, savoir-faire, matériels ou autres. Les décisions importantes, les gestions des conflits et problèmes sont prises collectivement. Il faut espérer que ce type de relations humaines, permet une amélioration du confort collectif et empêche toute tentative de profit individuel égoïstement en défaveur des autres membres.


À bientôt, et portez-vous bien !



jeudi 10 avril 2014

Conjonctivite du bricoleur

La conjonctivite du bricoleur, qu'est-ce que c'est ? La conjonctivite est une inflammation de la partie intérieure de la paupière provoquée pour le cas qui nous concerne par la projection d'éclats, par un excès de poussières ou de vapeurs toxiques. Les symptômes peuvent être principalement des rougeurs au niveau de l’œil et/ou de la paupière, une irritation de l’œil, une sensation de douleur, de brûlure ou de sable dans l’œil.
Ce problème domestique survient souvent le week-end (au bricoleur du dimanche donc), après une séance de bricolage d'où son nom.

En prévention, le port de lunettes de protection devrait être obligatoire dès le début de travaux ou bricolage même bénin, en effet pris par notre travail on en vient à oublier de se protéger face à un changement de situation. Et pourquoi pas des lunettes étanches (natation, plongée) pour la poussière, les vapeurs ou les produits toxiques ou corrosifs.

Si l'agression que vous avez subie est faible, les larmes suffisent parfois à évacuer le problème. Si l'agression est plus intensive, vous avez plusieurs solutions à adapter à la situation. Mais avant toutes choses, lavez-vous les mains et désinfectez-les avant tous soins au niveau des yeux.
Vous pouvez utiliser le coin d'un mouchoir propre, ou mieux d'une compresse stérile. Vous pouvez aussi vous laver les yeux avec du sérum physiologique.

Si vous ne parvenez pas à éliminer le problème, il ne vous reste plus qu'à aller aux urgences, (la vue c'est la vie).

La prochaine fois, n'oubliez pas d'utiliser des lunettes de protection, la perte de votre vue peut vous mettre ainsi que votre famille en danger.


À bientôt, et portez-vous bien !



mercredi 9 avril 2014

Allaitement et antalgique

La prise d'antalgique (anti-douleurs), est l'une des automédications les plus fréquentes. Mais lors de l'allaitement le passage des molécules dans le lait maternel peut poser problème au bébé à plus ou moins long terme. Sur ce sujet l'industrie pharmaceutique n'est pas très prolifique en étude scientifique sur les répercussions futures.

Par précaution, mieux vaut utiliser ces médicaments au strict minimum, et chaque fois que possible se tourner vers un traitement naturel. Attention, naturel même bio ne veut pas dire sans risque, il y a beaucoup de toxique aussi dans la nature.

Les antalgiques qui semblent les plus adaptés sont le paracétamol et ibuprofène. Ils auraient la propriété de ne passer que modérément dans le lait maternel et produiraient peu d'effets sur le bébé.
Évitez la prise d'aspirine et encore plus les opiacés, pour lesquelles je conseille fortement le conseil d'un professionnel.
La prise de codéine ne doit être envisagée que si le bébé est en bonne santé et n'est pas un prématuré, à raison de quatre prises de 60 mg réparties sur une journée, au grand maximum.


À bientôt, et portez-vous bien !



dimanche 6 avril 2014

Toxoplasmose et grossesse

La toxoplasmose est une infection due à un parasite qui transite entre différents animaux dont l'homme et qui parvient à maturité chez les félidés. Hormis pour les femmes enceintes et leurs fœtus, ainsi que les personnes avec un système de défense immunitaire faible ou déficient. Cette infection est considérée comme bénigne dans la vision officielle de la médecine, dans état actuel des connaissances. Même si certains neurologues lancent régulièrement des alertes concernant le lien entre la toxoplasmose et certaines neuropathologies comme la dépression, la schizophrénie, voire l’attitude ou comportement suicidaire.

Aucune partie du Monde, n'est épargnée par le parasite, particulièrement l'Europe de l'Ouest où l'on estime que 50 à 70 % de la population est infectée.

La toxoplasmose est transmise par la mère à son fœtus. Cette infection peut engendrer des neuropathologies, mais aussi des malformations voire le décès du fœtus.
Le risque et la gravité que le fœtus soit atteint dépend du stade de la grossesse. Le risque est inférieur à 2 % avant deux mois de grossesse mais dans ce cas l’atteinte fœtale est grave. Il atteint 70 % en fin de grossesse et le fœtus subira alors essentiellement des lésions oculaires.

La vaccination n'existant pas, la prévention est la meilleure protection :
- consommez de la viande bien cuite à cœur ;
- consommez la salade et les crudités lavées avec très grands soins ;
- consommez les légumes bien cuits ;
- consommez les fruits pelés ;
- nettoyez et désinfectez les surfaces de préparation de la nourriture et accessoire de préparation avant et après usage ;
- nettoyez et désinfectez-vous les mains avant et après la préparation de la nourriture ;
- évitez de vous occuper de la litière du chat, si vous ne pouvez pas déléguer cette tâche, nettoyer la quotidiennement avec de l'eau bouillante. Pour faire cela, mettez des gants et nettoyez-vous les mains juste après ; rappel, la contamination par les félins se fait via les excréments de l'animal après un développement de deux à cinq jours dans un milieu favorable ( terre ou litière), vous ne risquez rien au contact des poils même si le chat vient de se lécher (activité fréquente pour les chats), vous ne risquez rien non plus avec les morsures et griffures ;
- Si vous devez jardiner ou avoir une activité en rapport avec de la terre (agriculture, bushcraft, etc.), portez des gants et nettoyez-vous les mains juste après.

En prévision d'une grossesse ou dès sa découverte demandez conseil à votre médecin, voire à votre gynécologue.


À bientôt, et portez-vous bien !



jeudi 3 avril 2014

Alcool et grossesse

Lors de la grossesse, nul besoin de boire beaucoup d'alcool pour mettre en danger son fœtus. Même à faible dose, l'alcool fait prendre un immense risque au futur bébé pendant le processus de formation. En effet le processus génétique peut être gêné voire modifié par les effets néfastes de l'alcool transmis au futur nouveau-né via le sang.

Le SAF (syndrome d'alcoolisation fœtale) est l'une des premières causes non génétiques de handicap mental (plusieurs milliers d'enfants par an). Caractérisé par un retard mental et un dysfonctionnement du système nerveux associé à un retard de croissance du nouveau-né avec des anomalies faciales et corporelles. Sans oublier l’augmentation des risques de fausses couches, de naissances prématurées, de décès avant ou pendant la naissance.

Certains de ces problèmes liés à l’exposition du fœtus à l’alcool persisteront toute la vie de l'enfant.

Il n'existe pas de type d’alcool moins nocif pour le fœtus, ni de période moins dangereux pour boire de l’alcool.

Pourquoi faire courir un risque inutile pour son futur enfant ? Pendant la grossesse, les femmes enceintes devraient adopter ce slogan : ABSTINENCE D'ALCOOL TOTALE PENDANT LA GROSSESSE.

Trucs et astuces pour éviter de boire de l'alcool durant votre grossesse :
- en prévision d'une grossesse ou dès sa découverte demandez conseil à votre médecin ou un médecin spécialisé, pour arrêter de boire de l'alcool ;
- réduisez ou mieux arrêtez votre consommation d’alcool à partir du moment où vous avez décidé de concevoir un enfant lui donnera un maximum de chances ; en effet, il est souvent difficile d’identifier le moment exact où se produit la fécondation et l’embryon est particulièrement vulnérable pendant le premier trimestre ;
- si vous buvez de l'alcool pour chasser votre stress, trouvez-vous de nouvelles activités de détente, sortie nature, marche, etc. ;
- utilisez des boissons sans alcool cocktail, apéritif, etc. ;
- remplacez le vinaigre par du citron ou du yaourt pour vos sauces types vinaigrette ; modifiez votre recette de cuisine à base d'alcool ;
- certains médicaments contiennent de l'alcool (sirop notamment), demandez à votre pharmacien s'il existe des substitues pour les remplacer ;
- expliquez à votre entourage votre choix d’abstinence en expliquant les risques pour le bébé ;
- préparez-vous des phrases types : au lieu de me proposer (certaines oseront rajouter "comme un con") de l'alcool, propose-moi plutôt un jus de fruit, ou un cocktail sans alcool ;
- demandez à votre entourage de ne plus vous inciter à consommer de l’alcool, mais plutôt à vous soutenir et encourager dans votre choix ;
- prévoyez des boissons sans alcool en permanence chez vous et pour toutes activités en groupe ;
- fuyez comme la peste les gens qui ne comprennent pas votre choix d'abstinence.

Bien sûr après la naissance (mes félicitations), vous pouvez profiter de votre bonne habitude prise pour continuer, surtout si vous allaitez. La prise d'alcool lors de l'allaitement n'est pas aussi toxique pour l'enfant, mais ce n'est pas sans conséquences néfastes sur ce petit corps encore fragile en pleine croissance et transformation quotidienne.

Pitié, ne jouez pas à la roulette russe avec votre enfant.


À bientôt, et portez-vous bien !