STOP OU ENCORE ?

.

STOP OU ENCORE ?


En ce jour férié, du 15 août, en pleine période de vacances, c'est peut-être le bon jour pour une pause afin de faire le point (à la ligne).

Plusieurs mois de travail, une centaine d'articles plus les brouillons en attentes, ce qui représente des centaines d'heures de travail.
Je voulais juste transmettre le peu de savoir que j'avais, j'étais sûrement bien prétentieux car au vu des visites, cela n'intéresse pas grand monde.

Une question, vient donc logiquement : Cela vaut-il la peine de continuer ?

Pourriez-vous exprimer votre opinion dans les commentaires, dois-je continuer ou pas ?


À bientôt (PEUT-ÊTRE), et portez-vous bien !

.

lundi 31 mars 2014

Solidarité Perruques

Suite à un traitement du cancer par chimiothérapie beaucoup de femmes constatent la chute de leurs cheveux. Bien que sans conséquences physiques graves, les répercussions psychologiques peuvent être importantes.

On peut masquer cette vision déprimante par un couvre-chef (chapeau, casquette, foulard, bandana, etc.), mais face au miroir cela remplace assez mal une chevelure. Visuellement ce qui est le plus efficace c'est la perruque, surtout que les modèles de dernière génération sont vraiment super. Les perruques récentes sont très réalistes et plus confortables que les précédentes malheureusement elles sont souvent d'un coût élevé. Ce coût représente pour certaines un budget trop important.

Pour pallier ce problème, l’Institut du Sein a créé le site Solidarité perruque qui permet aux femmes atteintes d’un cancer et n’ayant pas les moyens de s’offrir une perruque, d’en recevoir une. Ces perruques sont offertes par les femmes qui en ont fini avec la maladie. Ce qui est aussi pour les donneuses un point positif. En effet, en donnant sa perruque, c'est comme mettre un point à la fin d'une phrase, ou plutôt d'un paragraphe où l'on aurait écrit l'histoire de cette maladie qui est enfin finie.

D'un point de vue pratique, c'est simple, cliquez sur la partie Donner ou Recevoir et suivez les instructions.
Pour donner sa perruque, il suffit de mettre ses coordonnées et la description de la perruque avec photo.
Pour recevoir une perruque, donnez les critères de votre besoin ou envie ou choisissez parmi celles qui sont déjà proposées.

Accès au site Solidarité Perruques.

Bon courage à toutes.

À bientôt, et portez-vous bien !



dimanche 30 mars 2014

Lunettes de secours

La perte des lunettes, pour un porteur habituel, est souvent vécue comme un drame. En fonction du trouble oculaire, il devient impossible de lire, de conduire ou autres et surtout on devient dépendant d'autrui.

En dépannage, vous avez plusieurs options. Une des solutions est de garder vos anciennes lunettes, certes elles ne seront sûrement pas aussi performantes, mais pour un usage de courte durée, c'est mieux que rien. Plutôt que stocker plusieurs paires de lunettes dans un tiroir, éparpillez-les dans des points stratégiques, en fonction de vos pathologies. Suivant le cas, il sera judicieux, d'en mettre une paire dans votre boîte à gants, dans votre sac de sport, avec votre grigri, près de votre bibliothèque ou près des écrans d'ordinateurs ou télévision, peut être aussi dans la cuisine ou l'atelier de bricolage.

Vous pouvez aussi vous procurer des lunettes d'occasions pour quelques euros dans un vide-greniers. Il n'est pas question de remplacer vos lunettes adaptées à votre vue par d'autres mal adaptées mais à bas coût. Comme dans le cas précédent et la plupart des suivants c'est la réduction de votre handicap qui est visée. Lors de l'achat, il faudra bien sûr veiller à choisir des modèles dont la correction est la plus proche de vos lunettes.

Une autre solution, c'est les lunettes-loupes souvent vendues par la grande distribution ou certains magasins plus spécialisés. Les lunettes-Loupes sont décriées par les opticiens qui voient en elles une concurrence déloyale. Ils ont raison dans le cas d'acquisition pour motif économique de lunettes portées en permanence. Ce n'est pas vrai pour le cas qui nous intéresse ici. La plupart des lunettes-loupes ne conviennent que pour voir de près ou pour la lecture et ne doivent pas être utilisées pour la conduite.

Pour la vision de prés, il existe une multitude de modèles de loupe qui peuvent être utilisés en fonction de leurs particularités comme par exemple :
- loupe de brodeuse, qui se fixe autour du cou et se pose sur le torse ;
- loupe de philatéliste, avec deux pieds à poser sur le plan de travail ;
- loupe vidéo, filme et agrandit n’importe quel texte sur un écran de télévision ;
- loupe du botaniste, qui se replie dans une protection, que l'on porte autour du cou avec une cordelette ;
- loupe à pinces, comme son nom l'indique, elle possède deux pinces pour tenir l'objet à observer ;
- la liste est longue, le choix dépend du problème à résoudre.

Pour la vision de loin, il peut être envisager l'utilisation de longue vue, ou de jumelle. On peut aussi détourner l'utilisation à des fins pacifiques, d'une lunette de visée grossissante.

Vous pouvez aussi utiliser un appareil photographique (ou caméra) numérique avec écran parfois intégré dans l'ordinateur ou le téléphone portable, voire la tablette. Généralement le grossissement est efficace pour la vision de près comme de loin.

Je rappelle, que seul un contrôle régulier de vos yeux par un spécialiste permet de définir les lunettes adaptées à votre vue et vérifier la santé de vos yeux.


À bientôt, et portez-vous bien !



samedi 29 mars 2014

Sortir de l'eau gelée

Mise à jour 05/12/2014

Lors d'un déplacement, vous pouvez vous trouver à devoir traverser une rivière ou un lac gelé. Si la glace craque sous votre poids, il y a plusieurs cas de figures, mais dans tous les cas essayez de garder votre sang-froid ... si je puis dire.

De façon générale, si vous tombez dans l'eau glacée, votre corps, du fait du choc hypothermique, va réagir par réflexe immédiatement dans un premier temps un blocage de la respiration, suivi d'une respiration saccadée très rapide. Plus ou moins en même temps, les vaisseaux sanguins des extrémités et en surface de la peau vont se contracter pour rediriger le sang en priorité vers les organes internes (cœur, cerveau, etc.). Suivant votre entraînement au froid, votre respiration redeviendra "normale" au bout d'une à trois minutes, surtout si vous restez calme.

Vous vous décidez à traverser, au premier pas, crac la glace craque sous votre pied (rappel, la glace est souvent fragile en bordure). Remontez sur la rive, videz votre chaussure de l'eau glacée, essorez votre chaussette, ne la changez pas tout de suite, inutile de risquer d'en mouiller une autre à la prochaine tentative. Rechercher un passage plus sûr, une fois trouvé, traversez et sur l'autre rive vous pourrez changer votre chaussette. Si vous avez le temps allumez un feu et faites sécher tout ce qui est mouillé (chaussette, bas de pantalon, etc.).

Si après quelques pas, la glace se brise, écartez rapidement les bras pour éviter de plonger complètement dans l'eau gelée. Tentez d'accrocher la glace avec un objet dur et pointu. Mettez votre torse ou votre dos en appui sur la glace et sortez-vous par reptation du corps sur la glace et en battant des pieds comme en nageant le crawl. Une fois sorti, rampez encore quelques mètres (ou roulez sur le côté), pour vous éloigner du lieu de chute. Si vous pouvez, mettez votre sac à dos devant vous sur la glace et appuyez-vous dessus, la répartition du poids peut vous aider à sortir de l'eau gelée. Si la glace se brise au fur et à mesure de votre progression, avancez vers une surface plus épaisse ou vers la rive, éventuellement débarrassez-vous de votre sac ou de tous qui pèsent.

Si vous êtes tombé dans l'eau d'une rivière couverte de glace sans être encordé, et que vous êtes emporté par le courant sous la glace, ne tentez pas de résister, au contraire allez vers l'aval, tentez de respirer avec des poches d'air bloquées sous la glace et sortez dès que possible plus en aval (oui ça va être très dure).

Une fois sorti, il faut se réchauffer au plus vite. Si possible mettez des vêtements secs, sinon essorez-les au maximum et activez-vous jusqu'à ce qu'ils vous procurent une certaine chaleur. Allumez un feu sur la rive le plus vite possible avant d'avoir les mains paralysées par l'hypothermie. Si vous êtes plusieurs, réchauffez la personne en hypothermie, en vous serrant autour, pendant que la personne la plus experte allume un feu. Si l'allumage du feu est incertain, préparez un "cocon de survie". Posez au sol de quoi être isolé (tapis de sol, sacs à dos vide, cordes, branchages, etc.). Changez les vêtements de la victime par du sec, couvrez bien les extrémités, pieds, mains, tête, ou mieux mettez-le dans un duvet. Enveloppez-le avec une bâche, une couverture de survie, ou la toile d'une tente pour fermer le "cocon". Faites chauffer une grosse quantité d'eau, donnez-lui en a boire, si possible sucrée. Le reste de l'eau étant mis dans des gourdes ou bouteilles, à l'intérieur du "cocon" au niveau des cuisses, des bras, sur le torse (l'eau ne doit pas être brûlante).

En dernier recours, si vous vous rendez compte que vous ne pourrez pas sortir de l'eau tous seul. Tentez au moins de poser vos coudes et avant-bras sur la glace, fléchissez les bras en sortant le buste hors de l'eau. Ne bougez plus et laissez vos avant-bras se coller à la glace, au bout d'un moment vous allez perdre connaissance, mais vous n'allez pas couler. Cela vous donne un délai (jusqu'à une heure suivant la situation), pour que l'on vous sorte de là et que l'on vous ranime.


À bientôt, et portez-vous bien !



vendredi 28 mars 2014

Auto à l'eau

Dès que vous vous rendez compte que vous allez tomber à l'eau, avec votre voiture, la première chose à faire serait de sauter de votre voiture en marche (voir l'article Évacuation d'une voiture).
Si votre véhicule a déjà touché l'eau, il faut en sortir le plus vite possible avant qu'il ne coule. Dès que le véhicule commence à couler, les portes deviennent de plus en plus dures à ouvrir, alors dès que vous touchez l'eau, ouvrez une portière ou une vitre et sortez au plus vite. Si vous n'y êtes pas parvenu rapidement, inutile de forcer l'ouverture de la portière ou de la vitre, la pression de l'eau se compte rapidement en centaines de kilogrammes. Attendez que l'eau ai rempli l'habitacle (équilibre de la pression de l'eau) pour sortir.

Revoyons un peu tout ça en détail.
Une voiture qui tombe à l'eau, ne coule pas comme une pierre. Elle coule même lentement si tout est fermé. Profitez de ce délai relatif, vous pouvez ouvrir la portière tant que l'eau arrive en bas de celle-ci. Mais plus l'eau montera plus la pression de l'eau sera grande, jusqu'à rendre l'ouverture impossible.
Malheureusement vous n'aurez peut-être pas le temps d'ouvrir la portière rapidement ou vous devrez vous occuper d'autres personnes (enfants, ou blessés par exemple), ou la portière peut-être endommagé et impossible à ouvrir.

Il faut ouvrir une vitre dès que possible. Là aussi tant que l'eau est en dessous ou au bas de la vitre l'ouverture est possible, mais dés que l'eau arrive à son niveau l'ouverture à le même problème que la portière.
À ce moment, si vous voulez sortir avant que la voiture ne soit trop profonde, il faut alors briser la vitre, attention aux blessures et à la brusque rentrée d'eau. Inutile de frapper avec vos poings, ni même vos talons, ou vos clefs de voiture. Pour casser une vitre (en verre trempé), il faut frapper d'un coup sec avec un objet dur et pointu. Le mieux est d'utiliser un marteau de sécurité brise-vitre, un porte-clés de survie (ResQMe ou rescue me), voire un pointeau automatique de marquage (à trouver au rayon bricolage).
Autre solution moins violente, si l'eau est déjà trop haute. Restez calme, et attendre que l'eau à l'intérieur du véhicule monte au dessus des portières, à ce moment la pression devrait être équilibrée et les portières redeviennent facile à ouvrir.

Pendant le temps de remplissage de votre véhicule par l'eau, vous devez préparer votre évacuation. Vérifiez que vous ou l'un de vos vêtements n'êtes pas coincé, que votre ceinture de sécurité est débouclée. Si d'autres personnes sont à bord faites les mêmes contrôles. Pour les enfants en bas âges, après les avoir détachés, prenez les avec vous. Axez uniquement vos priorités sur votre vie et celle des autres passagers à sauver. En effet, sous la pression du stress, il arrive que certaines personnes se dispersent dans leurs objectifs, et vont chercher à récupérer leurs sacs à main, leurs portables voire leurs courses dans le coffre. Ne rigolez pas, régulièrement des gens meurent, pour des futilités sans valeur.

Lors de la descente dans l'eau, votre véhicule peut être déséquilibré, et se retrouver sur le côté, voire sur le toit, il peut être emporté par le courant, aussi il faut sortir dès que possible.

Pendant le remplissage du véhicule essayez de rassurer les autres passagers, et expliquez-leur la manœuvre de sortie du véhicule. Dès que l'habitacle est presque rempli d'eau, prenez une grande inspiration, ouvrez la porte (la pression devrait être équilibrée), sortez et remontez à la surface où vous contrôlerez que tout le monde est arrivé. Suivant la situation, rejoignez la rive ou tentez une recherche des personnes non remontées.

D'un point de vue de la préparation, une chose saute aux yeux, il faut être à l'aise dans l'eau. Il faut savoir nager sans bouée où l'on n'a pas pied, et sous l'eau après un plongeon canard. Avoir des notions de plongée en apnée peut être utile.
On devrait ouvrir ou au moins entrouvrir une vitre à proximité de l'eau (berge, quai, etc.) ou si l'on roule sur de l'eau recouverte de glace ou de sel (lac Assal à Djibouti par exemple).
Pour briser une vitre, certains laissent à demeure dans leur véhicule un marteau brise-vitre ou un objet similaire. Il existe aussi des porte-clés de survie (ResQMe ou rescue me) qui réunis un brise-vitre et un coupe ceinture de sécurité en vente dans les magasins d'accessoires auto pour environ une dizaine d'euros, voire un pointeau automatique de marquage (à trouver au rayon bricolage).


À bientôt, et portez-vous bien !



jeudi 27 mars 2014

Rouler sur l'eau gelée

Cet article ne concerne pas vraiment les rivières ou lacs transformés en route régulièrement chaque hiver. En effet, même si leurs utilisations ne sont pas sans danger, ces routes temporaires sont organisées par des professionnels pour des professionnels.
Pour ce qui nous concerne, c'est plutôt le passage improvisé sur la glace pour traverser un obstacle aquatique gelé ou recouvert par une couche de sel (traversée d'un bras du lac Assal par exemple). Vous pouvez aussi, être amené à traverser un gué de rivière, mais dont l'eau est recouverte de glace.

Pour rouler sur la glace avec un véhicule léger, celle-ci doit avoir une épaisseur de 20 cm, sans craquelure, ni trou, ni bosse qui sont des signes de fragilisation. La glace est souvent plus fine prés des berges, vérifiez-les, avant de vous engager surtout pour la sortie de la glace.

Évitez de vous engager sur la glace au début et à la fin de l'hiver. De même après une chute de neige car la neige est un isolant qui diminue le processus de gel de la nuit, de plus son poids vient augmenter le poids total.

Anticipez, votre déplacement pour ne pas avoir à s'arrêter, et si vous êtes plusieurs véhicules, ne vous regroupez pas, ne stationnez pas ensemble, ne roulez pas à la queue leu leu, pour traverser un gué gelé, attendez que le véhicule précédent ait largement dépassé l'obstacle.

Roulez perpendiculairement aux (petites) craquelures, quitte à zigzaguer.

La glace est fragile dans les embouchures, préférez remonter le cours d'eau pour le traverser.

Vous devez roulement lentement, pendant ce temps la ceinture de sécurité doit être exceptionnellement décrochée, portière déverrouillée.

Si possible prépositionnez une corde sur chaque rive pour aider à sortir quelqu'un, gardez prés de vous un objet pointu (piolet, broche ou poignard à glace, sinon un gros couteau ou un gros clou) qui pourra vous servir à sortir de la glace en cas d'accident.


À bientôt, et portez-vous bien !



mercredi 26 mars 2014

Évacuation d'une voiture

Pour évacuer d'une voiture en marche, il va falloir se jeter hors de celle-ci. Cette action n'est pas sans risque, ne l'envisagez pas à titre d'apprentissage sans l'encadrement de cascadeurs de niveau professionnel.

Dans le cas d'urgence réelle, n'effectuez cette évacuation qu'en dernier recours comme dans une voiture qui fonce vers une falaise alors que les freins ont lâché.
Avant d'effectuer cette manœuvre, si vous avez un petit délai, tentez de vous arrêter soit en pompant sur la pédale de frein (vous ferez sûrement cela naturellement), soit avec le frein à main (à faire en premier car si cela n'arrête pas la voiture, cela va la ralentir, ce qui va rendre l'évacuation moins risquée), soit en versant dans le bas-côté ou le fossé, soit avec le frein moteur en descendant rapidement les vitesses.

Donc, si vous n'avez pas d'autres choix, il va falloir sauter. La première action a été fait, c'était de tirer le frein à main (vu ci-dessus). Il continuera de freiner tout seul pendant toute la manœuvre.

Débouclez votre ceinture de sécurité.

Choisissez, si possible le moment où vous n'aurez pas d'obstacle sur votre trajectoire prévue de votre chute, ou pire un véhicule venant d'en face.

Ouvrez la portière de la voiture.

Positionnez-vous perpendiculairement à l'axe de marche, roulez-vous en boule, coudes rentrés et mains sur la tête.

Jetez-vous perpendiculairement à l'axe de marche, et laissez-vous rouler.


À bientôt, et portez-vous bien !



mardi 25 mars 2014

Marcher sur l'eau gelée

Lors d'un déplacement, vous pouvez vous trouver à devoir traverser une rivière ou un lac gelé. Cet acte n'est pas anodin, et quelques précautions peuvent limiter les problèmes (mais pas les supprimer). De la glace de cinq centimètres d'épaisseur devrait suffire à porter le poids d'un homme. Mais dix centimètres c'est mieux.

Si vous portez un sac à dos, décrochez la ceinture ventrale, voire l'attache de poitrine, sortez un bras d'une des bretelles, vous porterez votre sac à dos sur une seule épaule ainsi en cas de chute dans l'eau vous pourrez facilement vous débarrasser de votre sac. De même pour les sacs en bandoulière seront passés sur l'épaule du même côté du sac. Si vous avez un gilet type tactique ou de chasse, défaites les attaches ventrales ou autres. Tous ce qui est lourd doit être facilement largable dans l'eau.

Si vous n'êtes pas sûr de la solidité de la glace, défaites votre sac et posez-le sur la glace, si vous n'avez pas de sac posez une brosse branche, ou quelque chose de similaire (pas la belle-mère), mettez-vous à genoux derrière le sac sur lequel vous-vous appuyez pour répartir le poids du corps. Pour avancer faites glisser le sac ou ce qui le remplace.

Si vous vous déplacez en ski ou en raquette (ce qui augmente la portance), défaites les courroies de sécurité, pour pouvoir déchausser rapidement en cas de chute dans l'eau.

En cas d'usage de bâtons de ski ou de randonnée, sortez les mains des dragonnes.

Gardez à portée de main un objet pointu pour s'accrocher à la glace afin de sortir de l'eau (piolet, poignard ou broche à glace, gros couteau, gros clou de charpentier, etc.).

Si vous avez une corde plusieurs stratégies en fonction de la longueur de la corde, la longueur du passage, du nombre de personne, du matériel et des connaissances que vous avez :
- installez une main courante, soit en lançant la corde avec un objet permettant de l'accrocher (long, compliqué, peu sûr), soit en envoyant quelqu'un encordé qui arrimera la corde de l'autre côté ; une fois la corde tendue deux solutions, soit on tient la corde en main courante (on fait un tour de corde autour du bras et on fait coulisser le bras), soit on s'encorde avec un baudrier ou une boucle à la taille assujettie d'un mousqueton que l'on passe autour de la corde tendue ;
- tout le monde passe chacun son tour encordé en bout de corde (les premiers assurés par les derniers et inversement) ;
- tout le monde est encordé, comme sur un glacier, mais il faut que tout le monde connaisse la technique de déplacement et sortie de crevasse car il faudra se bloquer, s’arrimer et sortir la personne de l'eau éventuellement avec un mouflage, de plus il faut avoir des crampons ou des ski à carres aux pieds, si toutes ces conditions ne sont pas réunies, ne vous encordez pas, sinon vous pourriez tous partir à l'eau ;
- vous ne vous servez pas de la corde pour traverser, mais vous l'avez en cas ou, il faudra quand même la délover et la préparer pour être lancer (défaire les torons et les boucles emmêlées et accrochez au bout à lancer un objet lourd pour qu'elle puisse descendre dans l'eau).


À bientôt, et portez-vous bien !



vendredi 21 mars 2014

Module communication

Le module communication pour la préparation des grigris (EDC), est orienté vers deux axes qui peuvent se rejoindre. La possibilité de recevoir des informations et la possibilité d’émettre un message.

Avant de voir, ce que l'on peut trouver dans ce module, veuillez patienter le temps d'un petit rappel. Lors d'une catastrophe, toutes les personnes plus ou moins proches des victimes potentielles veulent de leurs nouvelles. Résultat, des milliers, voire des millions d'appels se concentre vers la même zone, conséquence les divers réseaux de communication se bloquent par saturation. Alors, par pitié, si vous êtes confronté à une catastrophe, n'appelez que pour demander des secours ayant un caractère d'urgence vitale. Veuillez reporter les autres appels à plus tard, même si vous devez être frustré de ne pas avoir de nouvelle immédiatement. Ce faisant, vous contribuerez à une meilleure intervention des secours et par contrecoup à sauver des vies. Merci, pour les victimes.

L'accessoire devenu indispensable de l'homme moderne le téléphone portable. Véritable couteau suisse de nos contemporains, transformé en mini-ordinateur, GPS, moyen de payement, etc., si ça continue on va le greffer à côté du cerveau, voire à sa place.
Le téléphone devrait être rechargé avant chaque départ de la maison ou dès que la batterie arrive vers la moitié de charge. Suivant le cas, le chargeur peut aussi être emporté.
Le téléphone portable peut être protégé par un étui étanche.
L'emport d'une radio type talkie-walkie peut dans certains cas être envisagé. Certains modèles multicanaux permettent de communiquer avec vos proches ayant le même type d'équipement, mais aussi avec certains services de secours.
Sachant qu'en cas de catastrophe le dernier média utilisé par les autorités sera la radio FM ou AM, ce type d'appareils radio peut être aussi envisagé.
Suivant où vous vous trouvez une carte de téléphone ou des pièces de monnaie.

Pour l'émission de signaux lumineux vous pouvez avoir besoin d'une lampe bien sûr (avec une fonction stroboscope ou clignotante pour se signaler sur la route, ou fonction morse sur un modèle plus tactique) , mais aussi d'un miroir de secours (pour ceux qui connaissent, avec un petit rond au milieu), un briquet pour allumer un feu (lumière la nuit, fumée le jour).
Certains téléphones portables possèdent un écran lumineux.
Une lampe dynamo peut sembler une option très intéressante. Mais attention, elles sont volumineuses et plus ou moins lourdes. Elles restituent un éclairage souvent peu puissant et de plus l'autonomie n'est que partielle, la dynamo recharge une batterie qui a une durée de vie limitée surtout sur les modèles bas de gamme.

Pour l'émission de signaux sonores vous pouvez avoir besoin d'un sifflet. Pouvoir se signaler dans des décombres, un immeuble en feu, ou autres peut vous sauver la vie. Si vous restez bloqué assez longtemps et que vous appelez au secours, vous risquez de devenir aphone, mais vous pourrez encore souffler longtemps dans un sifflet. En plus, il peut servir aussi lors d'une agression.

Avoir de quoi écrire, crayon, stylo, papier, petit carnet, etc., permet d'écrire un message à transmettre ou à afficher (autour du briquet ci-dessus quelques tours de scotch ou chatterton pour coller le message). Un feutre type marqueur indélébile peut aussi être utile. Certains iront jusqu'au stylo tactique qui peut servir aussi de moyen de défense.

La bonne question à se poser en examinant les différentes possibilités présentées ci-dessus est la suivante : mon choix est-il adapté à ma situation ?


À bientôt, et portez-vous bien !



jeudi 13 mars 2014

L'application Stop Cambriolages

L'application Stop Cambriolages disponible sur Smartphones et Androïd est en période de développement, actuellement opérationnelle sur le département de l'Hérault. Mais après ce test grandeur nature, le ministère de l’Intérieur pourrait décider de l’étendre à l’ensemble de la France.
Mise au point par les élèves ingénieurs de troisième année de l’école EPITECH Montpellier, en collaboration avec la compagnie de la gendarmerie nationale de Castelnau-le-Lez.
Cette application entièrement gratuite a pour but la prévention des cambriolages et des atteintes aux biens.

C'est un outil interactif à face multiple :
- possibilité de signaler un cambriolage en cours ;
- possibilité de signaler un cambriolage fini ;
- possibilité de recevoir des consignes de conduites à tenir ;
- possibilité de recevoir l'adresse et les coordonnées de la gendarmerie la plus proche ;
- possibilité de s'inscrire à l’Opération Tranquillité Vacances ;
- possibilité d’obtenir d’un simple clic le numéro d’urgence des services de police, de gendarmerie et d’aide aux victimes (17) ;
- possibilité de recevoir des conseils pour se prémunir des cambriolages ;
- possibilité de recevoir, des messages ciblés d’alerte aux cambriolages ou escroqueries localisés.

Pour se la procurer, il suffit de se rendre sur les plates-formes Apple Store (pour l’environnement Mac et IPhone) ou sur Google Market (Androïd) et de la télécharger gratuitement.


À bientôt, et portez-vous bien !



mardi 4 mars 2014

Ariane, une amie à l'étranger

Le site Ariane vous permet, lorsque vous effectuez un voyage ou une mission ponctuelle, de vous signaler gratuitement et facilement auprès du ministère des Affaires étrangères.

Une fois inscrit sur Ariane, vous recevrez des recommandations de sécurité par SMS ou courriels si la situation dans le pays le justifie.
Vous serez aussi averti en cas de crise ou de changement de situation soudain dans votre pays de destination.
Votre personne de contact que vous aurez désignée pourra également être prévenue en cas de besoin.

Cette inscription ne vous dispense pas d'une assurance d'assistance. En effet, l'article 22 de la loi n° 2010-873 du 27 juillet 2010 sur l'action extérieure de l'État dispose que :
L'État peut exiger le remboursement de tout ou partie des dépenses qu'il a engagées ou dont il serait redevable à l'égard de tiers à l'occasion d'opérations de secours à l'étranger au bénéfice de personnes s'étant délibérément exposées, sauf motif légitime tiré notamment de leur activité professionnelle ou d'une situation d'urgence, à des risques qu'elles ne pouvaient ignorer.

Légitimement, vos garanties de sécurité et la confidentialité de vos données personnelles sont assurées par un partenariat avec la CNIL.

Attention, l'enregistrement sur Ariane ne vous exempte pas de l'inscription sur le registre des Français établis hors de France si votre séjour va au-delà de 6 mois.

Adresse postale
Ministère des Affaires étrangères
Centre de Crise – Cellule Ariane
37 quai d'Orsay
75700 Paris 07 SP

Plus d'informations et inscription sur le site Ariane


À bientôt, et portez-vous bien !



samedi 1 mars 2014

Opération tranquillité vacances

Avant de quitter un lieu de résidence, de travail ou autres pour une longue durée, vous devez signaler à la brigade de gendarmerie ou au commissariat de police de votre domicile, vos dates de départ en vacances ou autres absences. Pendant votre absence, des patrouilles de surveillance seront effectuées, de jour comme de nuit, en semaine comme le week-end, de façon aléatoire afin de diminuer les risques de tentatives de cambriolage de votre domicile, et de pouvoir commencer leur travail de recherche sans attendre votre déclaration après votre retour si les fonctionnaires constatent une anomalie.

Vous aurez un petit formulaire de demande rapide à remplir, concernant votre identité, le lieu à surveiller, et le moyen de vous joindre, etc. Vous devrez justifier de votre identité et de votre lieu à surveiller.

Bien sûr, cela n'est pas une garantie absolue de sécurité anti-cambriolage, vous devez donc respecter tous les conseils de prévention contre ce délit.

Pour plus d'informations, voir la page Opération tranquillité vacances de la gendarmerie nationale.


À bientôt, et portez-vous bien !